MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Utip
PROCHAINS MATCHS

Face aux concurrents directs, l’OM outsider ?

La phase aller du championnat vient tout juste de se terminer, bien que l’OM garde deux rencontres de retard (face à Lens et Nice). Mais la phase retour débute et en ce qui concerne les concurrents directs, il est important de se projeter pour mieux appréhender les chocs. Ce sont des points indispensables, au vu de ceux perdus bêtement sur les dernières journées. Plus beaucoup de marge d’erreur possible pour Marseille, même en cas de victoires lors des deux matchs de retard.

Paris : le réveil de l’ogre ?

Rencontre aller

Après presque neuf ans de disette face à l’inarrêtable parisien, l’OM a enfin gagné face au rival de toujours. 1-0 certes mais une victoire tout de même. Cela dit, la rencontre n’a pas été de tout repos, pour les joueurs comme pour les supporters. Des tensions ont abouti sur de nombreux cartons rouges en toute fin de rencontre : Amavi, Kurzawa, Benedetto et Neymar.
À la source ? Neymar et Álvaro. Un problème qui a persisté dans la tête de l’Espagnol les jours suivants puis qui a laissé place à une solidité sur le terrain quand tout (ou presque) s’est réglé.

En somme, Thauvin a su chopper l’occasion pour mettre le ballon au fond et permettre aux siens de l’emporter enfin ! Même Benedetto était censé ouvrir son compteur but mais la VAR en a voulu autrement et a estimé qu’il y avait hors-jeu.
Paris n’était pas dans la meilleure de ses formes certes, mais l’OM, sous la pression d’une énième défaite, a su répondre présent. Les forces se sont égalisées le temps d’une heure et demi. Mais depuis, beaucoup de détails peuvent changer, en bon comme en mauvais.

OM-PSG : ce qu’on peut espérer

Mauricio Pochettino a débarqué dans la capitale française. Et oui, Tuchel s’en est allé mais il ne laisse pas sa place à n’importe qui. Le coach argentin a montré l’étendue de ses qualités de manager lorsqu’il était à Tottenham.
Alors, Paris n’a pas été au mieux en cette première moitié de championnat mais l’arrivée du nouvel entraîneur pourrait remettre l’équipe sur le droit chemin. Ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour Marseille.
Mais à voir ce qu’il se passera d’ici le 7 février. Des blessures, des suspensions, une série de mauvais matchs ou une préparation à la Ligue des Champions trop omniprésente. De nombreux facteurs à prendre en compte dans les semaines à venir. L’OM aura forcément à cœur de réitérer l’exploit et si le mercato hivernal nous apporte de bons éléments, l’équipe en serait renforcée (si aucun départ). Rien ne prédit de mauvais événements pour l’OM. La victoire sera dure mais pas impossible selon les contextes de chacun.

En attendant, Paris est deuxième après un match nul face à Saint-Étienne (1-1). De quoi décevoir à nouveau.

Lyon : Garcia toujours surprenant

Rencontre aller

Un match nul qui aurait bien pu se terminer sur une défaite. Ce n’est pas une prestation brillante que les Phocéens ont fourni ce soir de début octobre. L’OM est dominé mais ouvre le score, grâce à Dimitri Payet qui réussit à tromper Lopes. Cela dit, son match est de très courte durée : c’est un rouge pour lui, après une grosse semelle sur Dubois.
De là, à 10 et face à des Lyonnais plus dangereux, difficile de tenir la victoire. Mandanda est même le meilleur joueur côté Marseillais, c’est dire le niveau du reste de l’équipe. C’est Aouar qui égalise sur penalty. À la 28e minute et ce jusqu’à la fin du match, le score reste sur un 1-1.

Un reste de rencontre difficile puisqu’il fallait maintenir le résultat pour ne pas sombrer. Et grâce à une solidarité défensive, c’est chose faite.

OM-OL : ce qu’on peut espérer ?

Mais Lyon semble avoir monté en puissance. Les Lyonnais ont fini champion d’automne devant le LOSC, au goal average. Et ils sont toujours premiers du classement après leur victoire serrée 3-2 face à Lens. Garcia nous surprendra donc toujours. Lui qu’on ne voyait pas faire long feu chez Aulas et cie, montre de belles choses avec, certes, un effectif très intéressant. Il faut dire aussi que cette saison, le club n’a pas de coupe d’Europe, l’occasion pour se concentrer à 100% sur le championnat. Moins de fatigue physique et mentale donnent des résultats étonnamment bons.

Alors l’OM peut-il rivaliser le 28 février face à un Lyon pour le moment plutôt en jambe ? Encore une fois, il va falloir attendre de voir si la dynamique reste la même de chaque côté. Dans le football, tout va si vite. Un premier de classement peut très bien enchaîner les défaites ou les nuls et peiner à revenir. Personne n’est à l’abri. Surtout que Lyon pourrait perdre des éléments durant le mercato, comme Depay par exemple, qui est loin d’être un remplaçant. Mais l’OM peut faire face à cette équipe, elle l’a déjà prouvé.

Peut-être d’ici-là du public remplira les tribunes du Vélodrome, qui sait ? L’optimisme doit rester permanent en ces temps.

Lille : un candidat très solide

Rencontre aller

Face à Galtier et ses hommes, la tâche n’était pas non plus aisée. Les concurrents sont au rendez-vous et Lille y compris. Tout comme face à Lyon, l’OM n’engrange qu’un petit point dans un match où ils sont menés. En effet, dès la reprise du jeu après la mi-temps, Araujo vient ouvrir le score, une bien mauvaise opération. Mais c’est sans compter sur Germain, déjà (à moitié) sauveur lors du match retour la saison dernière, qui vient égaliser. Heureusement pour la patrie marseillaise car l’issue était bien incertaine.

Et au vu de l’état de forme actuel des deux effectifs, on pourrait penser que la difficulté sera toujours au rendez-vous pour l’OM.

LOSC-OM : ce qu’on peut espérer

Mais le 2 mars, c’est encore loin et qui sait ce qu’il se passera. En tout cas, Lille ne semble pas perturbé par le changement de propriétaire et de président au sein du club. Pendant que l’OM, sur les mêmes fondations depuis 2016, ne sourit pas aussi souvent, en tout cas en interne. Les tensions sont palpables entre la communauté et Jacques-Henri Eyraud mais il ne faudrait pas que d’ici le mois de mars, une cassure vienne perturber la dynamique des joueurs et du staff sportif.

En attendant, Lille reste un sérieux prétendant au titre, au vu de la méforme actuelle de Paris. Bien que Lyon soit au coude à coude, Galtier a les armes et le mental pour amener loin son groupe. Se méfier des Nordistes car ils seront, peu importe la situation, difficiles à affronter. L’attaque turque est en confiance et des jeunes comme Whea et David, pourraient grimper avec le temps. Les défenseurs n’ont qu’a bien se tenir. Pour nos armes offensives, il faudra batailler également, face à un Maignan très bon et une défense centrale plutôt solide, composée de Fonte et de Botman entre autres.

Bien que la défaite surprenante face à Angers hier soir (2-1) est survenue, les connaissant, les Lillois ne devraient pas avoir de mal à relever la tête. Mais les Marseillais ont déjà su dresser le dogue, rien n’est joué.

Monaco : un rocher en perdition ?

Rencontre aller

De façon un peu plus sereine, c’est une victoire qu’a acquit l’OM face à la Principauté. Mais il a fallu tout de même un grand Mandanda pour éviter le nul ou la défaite. Tout s’est fait en première période pour les Olympiens. Le duo Thauvin-Benedetto, qu’on découvre complémentaire, vient marquer les deux buts nécessaires à la victoire.

Mais un penalty remet tout de même les Monégasques dans la course à la victoire. Ben Yedder ramène les siens à 2-1 mais heureusement, Marseille tient le match en main malgré une meilleure deuxième période de Monaco.
Un adversaire qui peut s’avérer surprenant et qui a clairement montré des forces offensives.

ASM-OM : ce qu’on peut espérer

Premier choc pour l’OM dans cette seconde partie de championnat. Le 23 janvier va vite arriver pour les deux camps. Mais difficile de savoir comment Monaco se présentera. En effet, sur les six derniers matchs, c’est trois défaites suivies d’une victoire, un nul puis une nouvelle victoire, face au promu Lorient (5-2). Une certaine irrégularité dans la qualité du jeu mais qui peut offrir parfois des séries de victoires. L’ASM est donc difficile à appréhender.

Ce n’est plus temps le gros rocher à surmonter pour Marseille, par rapport à d’autres époques. Depuis la débâcle 6-1 au début de la saison 2017-2018, l’OM a bien remonté la pente et domine les débats (3 victoires, deux nuls, une défaite).

Montpellier : un adversaire toujours compliqué

Rencontre aller

Jouée hier soir, elle s’est soldée sur une très bonne victoire de l’OM. Entamant 2021 à merveille ! Un coaching gagnant surtout mais aussi un Thauvin d’exception et enfin un milieu Kamara-Gueye qui fait plaisir à voir. Bien sûr, des choses sont à redire mais la victoire est là (3-1) et c’est tout bénéf’ pour le classement comme pour le moral.

Montpellier n’a pourtant pas rendu le match facile. La première période est ponctuée de tirs, plus ou moins cadrés, des deux côtés. Un match dynamique, avec des espaces et finalement un seul petit but, de Radonjić. Et oui, le supersub, titulaire cette fois-ci, marque d’une tête après un amour de passe de Florian Thauvin. De quoi nous ravir malgré les critiques.

Mais en face, Montpellier ne faiblit pas. Finalement, c’est par sa maladresse parfois qu’il permet à l’OM de s’imposer. L’égalisation de Mollet au retour des vestiaires ne suffit pas. Villas-Boas procède à ses changements et on peut dire qu’ils sont bénéfiques. Payet rentre, Payet marque. Khaoui et Germain rentrent, Germain marque sur une passe de Khaoui. À noter la bonne rentrée de Strootman également.

Une sueur froide donc mais en quelques minutes, l’OM s’est remis dans le droit chemin pour s’offrir trois points.

MSHC-OM : ce qu’on peut espérer

C’est la confrontation la plus lointaine de celles citées (11 avril), il est donc encore plus difficile de se projeter. Montpellier est une équipe compliquée à cerner. L’OM a toujours eu du mal face aux hommes de Michel Der Zakarian. Sur l’ère McCourt, c’est trois victoires, trois nuls et deux défaites. Assez équilibré mais il faut mieux faire pour l’OM.

L’équipe de Montpellier est assez complimentée en ce moment, par ses atouts offensifs (Laborde, Delort, Mollet) entre autres. Son bloc défensif était un gros problème pour l’OM sur les dernières rencontres mais aujourd’hui, il faut redoubler de vigilance avec les attaquants. Si l’OM ne récupère par Laborde au mercato, comme les rumeurs peuvent le faire entendre, il faudra doublement se méfier. Encore un match à ne pas perdre forcément. Mais la victoire de la veille a bien prouvé que l’OM peut largement rivaliser.

Rennes : une montée en puissance ?

Rencontre aller

Une défaite évitable et encore fraîche dans les têtes. Alors que Pape Gueye ouvre magnifiquement la marque par son premier but, la joie n’est que de courte durée. Déjà averti d’un jaune, le jeune néo-marseillais hérite d’un rouge très discutable après un coup de coude dans le visage d’un Rennais. À 10 et déjà fatigués de l’enchaînement des matchs, les Olympiens peinent à maintenir le score à leur avantage. Rennes, plus en jambe, chez lui et avec des forces évidentes, passe devant à la 83e, après avoir égalisé à la 62e. Triste désillusion pour l’OM, qui pouvait gagner à 11 mais qui à 10 a sombré. Des points perdus face à un concurrent direct, la revanche sera cinglante on le souhaite.

OM-SRFC : ce qu’on peut espérer

Tout comme Monaco, la rencontre va rapidement arriver et au terme d’un mois de janvier éreintant. Il va falloir se ménager tout en gagnant des points. Rennes, en face, aura moins de matchs, sans rattrapage ni Trophée des Champions, ils seront plus frais.

Et tout comme les autres rencontres, le mercato hivernal aura un impact, plus pour l’OM que pour Rennes certainement. Ce match retour doit sonner comme une revanche donc, après un aller frustrant, le retour ne doit pas être une copie conforme. On se répète mais les points sont primordiaux sur ces rencontres, c’est là que la différence se fera. Et pour l’impact psychologique, c’est une nécessité. La bonne dynamique fera les bons résultats. Rennes a des qualités mais quand l’OM veut, l’OM peut !

En somme, Marseille est loin d’être seul dans le haut du classement. La concurrence est rude et avec un Paris moins clinquant, les places et le trône de leader se jouent sur quelques points. Raison pour laquelle il ne faut rien laisser passer. Sans Europe dans les semaines à venir, c’est à 100% qu’il faut se donner pour la Ligue 1.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments