MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Utip
PROCHAINS MATCHS

Nemanja Radonjić, un problème d’intégration ?

Les clubs passent mais se ressemblent pour Nemanja Radonjić qui ne parvient pas à devenir titulaire indiscutable. Et ce, presque partout où il a signé. Après neuf clubs à 24 ans, le Serbe manque de stabilité et beaucoup de points sont à corriger pour franchir un palier.

Un début de carrière bouleversé

Formé au Partizan Belgrade, l’ailier serbe s’exile très tôt pour partir en Roumanie à l’académie d’Hagi en octobre 2013. Son départ de Belgrade serait dû « à un problème dans sa tête » selon les dires de son président. Pas le temps de s’acclimater au championnat roumain, le natif de Niš s’envole pour l’Italie et rejoint l’AS Roma. À seulement 17 ans, Radonjić rejoint le mythique club de la Louve à l’hiver 2013 pour cinq ans. Cependant, son temps de jeu avec l’équipe réserve est très faible et sa situation extra-sportive est inquiétante. Son adaptation au pays transalpin se complique, complétée par un problème de communication puisqu’il ne parle pas l’italien.

Des prêts non concluants

Pour reprendre goût au football, Nemanja Radonjić part à Empoli pour engranger de la maturité et du temps de jeu. Pourtant, la tuile se poursuit et son prêt n’est pas bénéfique car, après un différend avec l’AS Rome, le Serbe ne peut pas disputer une seule minute avec Empoli lors de la saison 2014/2015. Lors de l’été 2015, Radonjić retrouve le club romain avec un certain Rudi Garcia à la tête de l’équipe première.

Le coach français ne compte pas sur lui et un départ lui est souhaité. Au mercato hivernal de 2016, l’ailier gauche signe en prêt au FK Čukaričk, club dans un quartier de Belgrade.

Un retour aux sources déterminant ?

Retour en Serbie donc pour l’attaquant qui doit reprendre confiance après deux saisons blanches. De plus, Radonjić possède d’énormes défaillances physiques. Son poids de 89 kilos est jugé trop excessif par les dirigeants serbes. Son attitude nonchalante confirme les doutes depuis ses débuts en professionnel. En prêt pour deux saisons dans la ville de Belgrade, le Serbe sera sous la houlette d’un nouvel agent qui le remettra en forme. Son bilan de fin de saison sera assez intéressant avec quatre buts en 31 matchs.

Son prêt s’achève et il lui reste deux ans de contrat avec Rome. En 2017, et pour deux ans, « NR7 » portera les couleurs de l’Etoile rouge de Belgrade, son club de cœur. Sa venue dans la capitale serbe sera une vraie réussite et met enfin Radonjić dans de bons rails. Marquant des buts en compétitions européennes et en première division serbe, il est adoubé par les supporters de Belgrade.

L’OM, l’occasion de (enfin) confirmer ?

En 2018/2019, Nemanja Radonjić paraphe un bail de cinq ans avec l’Olympique de Marseille. La tendance est positive quant au niveau du joueur et ses capacités de réussir dans le sud de la France. Arrivé pour 12 millions d’euros, l’international serbe dispute 26 matchs sous la tunique marseillaise pour sa première saison. Alternant le banc et les titularisations, son transfert est remis en cause par sa naïveté, sa nonchalance et son manque de détermination quand il a le ballon. Le Serbe réalise une énorme erreur et offre un véritable caviar pour Francfort en phase de poules de C3 (défaite 2-1). Seulement une passe décisive pour NR7 avec l’OM contre l’Apollon Limassol en Europa League. Les critiques fusent, même s’il est difficile de se faire un avis sur le potentiel du jeune joueur.

Nemanja Radonjić contre Lille en 2018/2019

Une deuxième saison, vas-y mon petit !

C’est le moment ou jamais ! Nemanja Radonjić doit profiter de l’absence de Florian Thauvin, blessé toute la saison 2019/2020. Par la même occasion et sous la direction d’André Villas-Boas, il jouera 25 matchs avec le maillot bleu et blanc. Et ses problèmes au niveau de la finition se règlent matchs après matchs. Bilan des comptes : six buts sur la saison. On se souviendra de son but sauveur contre Brest, mais également de son égalisation contre Metz. Contre Granville en Coupe de France, le Serbe marquera aussi.

À lire aussi : [Dossiers] Nemanja Radonjić : supersub ou superserbe ?

La saison 2020/2021 fait tomber Nemanja dans ses travers, l’équipe aussi. Avec trois buts en 15 matchs, l’ailier serbe manque de justesse et devant le but, ses problèmes refont surface. La rencontre face à Dijon est le parfait exemple, où trois fois, le numéro 7 rate l’occasion de marquer et bute sur le portier adverse. Interrogé en conférence de presse sur son avenir, il réitère son envie de rester en France.

Je le répète, je veux rester jusqu’à l’OM jusqu’à l’été.

Nemanja Radonjic en conférence de presse le 11 Janvier 2021

Sauf que Radonjić quitte Marseille et s’engage en prêt pour six mois au Hertha Berlin cet hiver. Décision surprenante pour les supporters qui ne s’attendaient pas à voir le joueur de 24 ans partir dans les dernières heures du mercato hivernal. Tellement surpris que même Villas-Boas tombera des nues suite à son départ. Cela provoquera, en partie, le départ du coach portugais.

L’Allemagne, un bon point de chute ?

Nemanja Radonjić fait ses valises pour la capitale allemande afin de reprendre, une énième fois, confiance en lui. Néanmoins, ses débuts ne se passent pas comme il se doit. Entre blessures et soucis d’intégration, l’international serbe ne fait pas long feu avec les Allemands. Son option d’achat à 12 millions d’euros ne devrait pas être levée par les dirigeants berlinois. Encore un club où NR7 ne laissera pas sa meilleure image.

Est-ce un problème d’adaptation ou de niveau ? On aurait plus tendance à constater un problème mental pour le Serbe qui est capable du meilleur comme du pire. Il faudra une meilleure régularité et une amélioration dans sa constance pour découvrir le vrai NR7.

5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments