MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Patréon
PROCHAINS MATCHS

#SCBOM : Des regrets et des enseignements

Pour son quatrième match amical, l’OM se rendait à Braga pour commencer sa préparation de deux matchs au Portugal. Contre les Portugais, les Olympiens ne ramènent qu’un match nul. Avec une première mi-temps mauvaise, l’équipe de Jorge Sampaoli a su proposer un visage plus convaincant en deuxième période, mais ça n’a pas été suffisant. De nombreux enseignements sont à tirer de ce Braga-OM.

La composition phocéenne

Pour cette partie amicale, Steve Mandanda faisait son retour après quelques semaines de repos. Devant lui, Balerdi, Álvaro et Amavi formaient l’axe central. Devant, c’est un bourbier incompréhensible. Kamara aligné à droite et Henrique à gauche. Gerson et Gueye formaient le milieu. En tant qu’électron libre, Payet était derrière Benedetto et Ünder excentré sur la droite. Une composition remaniée dans tous les sens, ne nous permettant pas d’avoir une idée claire sur la philosophie tactique de Jorge Sampaoli.

Une première mi-temps décevante

Face aux Portugais, l’OM a raté son début de match. Trop de déchets techniques et des pertes de balles incessantes. À l’image de Pape Gueye, auteur d’une perte de balle à la troisième minute, au milieu de terrain, sans danger finalement. Mais le jeu n’y est pas, tout comme une attaque transparente. Un Payet disponible mais peu efficace, un Benedetto qui fait le pressing sans parvenir à être utile pour les autres, un Ünder collé sur son côté droit qui a du mal à exister et un Henrique qui manque encore de spontanéité avec le ballon.

Au milieu, ce n’est pas mieux. Gerson essaye de proposer avec le ballon mais ne sort pas une copie très intéressante. Pour Gueye, les critiques fusent sur les réseaux sociaux concernant son manque de prise de risque et son manque d’envie d’aller vers l’avant, déjà contesté la saison dernière. Concernant Kamara, sa prestation reste correcte pour un joueur qui n’évolue pas à son poste de base.

Ce qui va matérialiser ce problème technique côté olympien se passe à la sixième minute. Balerdi met en difficulté Mandanda sur une passe en retrait, le gardien français va réussir à dégager mais dans les pieds des joueurs adverses. Bref, beaucoup de déchets dans ces 45 premières minutes. La défense centrale n’inspire pas confiance lorsque ce même Balerdi tente une passe à 30 mètres pour Amavi, qui arrive à empêcher le ballon de sortir, de justesse tout de même.

Malgré une légère fulgurance d’Ünder avant le premier quart d’heure, les Olympiens se regardent et ne proposent rien offensivement.

Côté lisboète, ils vont être réalistes à la 18ème minute de jeu. Kamara effectue une touche, le ballon revient vers le défenseur Leo Balerdi, qui n’assure pas sa passe. Avec un Álvaro trop haut et un Amavi hésitant, Abel Ruiz va se retrouver seul face au portier marseillais et va transformer l’échéance. En plus de proposer un jeu proche du néant, les Phocéens se retrouvent menés au score.

La joie de l’équipe de Braga sur le but de Ruiz.

Deuxième mi-temps : le changement c’est maintenant !

Agacé de ce premier acte, Jorge Sampaoli décide de changer de formule. Au programme, Amavi et Benedetto cèdent leur place et Luan Peres et Bamba Dieng rentrent. Ces remplacements vont être plus qu’efficaces. Le défenseur brésilien prend l’axe de la défense et le Sénégalais se positionne en pointe de l’attaque marseillaise. Niveau tactique, rien à signaler.

Ces changements vont être radicaux, avec un jeu un peu plus fluide même si les occasions se font rares. Payet se montre plus précis et Dieng propose plus que Benedetto, ça change en effet. Cela va (enfin) se concrétiser avec un centre de Pape Gueye mal repoussé par la défense portugaise, au point de pénalty. Le Réunionnais fait mouche à la 51ème minute. Avec une célébration amusante, le sentiment de soulagement et de rébellion prend tout le peuple marseillais.

Suite à un énième flottement dans la défense marseillaise, Cristian Borja est en duel avec Mandanda mais c’est l’inépuisable Boubacar Kamara qui revient en urgence tacler le ballon. Mais, sans ce geste, l’OM serait dans de beaux draps.

Jorge Sampaoli décide d’apporter du sang frais avec la rentrée de Valentin Rongier à la place de Cengiz Ünder. Le Turc n’aura pas laissé la même impression que face à Servette.

Un renouveau tactique et sportif

L’entrée de l’ancien Nantais rebascule Kamara dans l’axe. Rongier, quant à lui, occupe le flanc droit de la défense olympienne. Suite à un ballon récupéré dans les vingt derniers mètres portugais, Dieng va slalomer les joueurs adverses pour se retrouver face à Matheus, mais duel remporté par le gardien de Braga. Néanmoins, les changements opérés offrent une nouvelle dynamique à un OM transparent en première période. Peres s’habitue bien à son poste de défenseur central gauche. Dieng continue d’impressionner. Rongier prend de plus en plus de repères à cette nouvelle position (piston droit) en attendant peut-être Pol Lirola.

Auteur d’un match raté, ponctué d’erreurs techniques incalculables, et vraiment pas serein, Leo Balerdi cède sa place à Duje Ćaleta-Car qui fait son retour également. Ce dernier est positionné axe droit. En même temps, Gerson sort pour la rentrée du virevoltant Konrad de la Fuente. L’Américain est aligné milieu droit devant Rongier.

Il y a plus de changements que d’occasions dans cette rencontre, Saliba effectue sa grande première en remplaçant Álvaro, moins « patron » que d’habitude. Ce remplacement demande un nouveau basculement tactique. DCC prend l’axe pendant que l’ancien de l’ASSE passe à droite. À la 70ème, Payet tente d’alerter Dieng mais bonne intervention de l’arrière-garde portugaise.

Álvaro a été en difficulté face aux attaquants de Braga.

L’énigmatique Nemanja Radonjić va faire son entrée à la place de Luis Henrique qui ne marque pas de points depuis le début de la préparation mais qui continue à avoir la confiance de son coach. Le Serbe est aligné sur l’aile droite pendant que Konrad se dirige vers la gauche. Mattéo Guendouzi fait ses premiers pas avec les Marseillais, à vingt minutes de la fin à la place de Gueye qui aura fait un mauvais match.

But de Dieng, refusé pour hors-jeu

Alors que l’OM prend l’emprise du match, William Saliba va sauver les siens sur une percée de Roger. Le Portugais se présente devant Mandanda mais ne peut pas éviter l’intervention de justesse du défenseur français, concèdant le corner (77ème minute).

À la 81ème minute de jeu, Mattéo Guendouzi envoie un bon ballon en profondeur pour Dieng qui dribble le gardien et marque dans le but vide, mais l’arbitre assistant lève son drapeau et siffle hors-jeu pour l’ancien de Diambars. Occasion malheureusement loupée de voir l’OM devant.

Le gardien Matheus devance un Kamara fatigué et un Dieng trop loin de l’action, pour sauver les meubles de son équipe. Le plus beau geste technique est signé Mattéo Guendouzi qui s’offre un petit pont devant Oliveira et va trouver Konrad qui, suite à un tacle méchant du milieu portugais, tombe et obtient un coup-franc. Botté par Dimitri, le cuir fuit le cadre de la cage de Braga.

Radonjić va provoquer quelques frayeurs dans la défense portugaise en fin de match mais sans arriver à débloquer la situation.

Auteurs d’une première mi-temps ratée mais d’un deuxième acte plus convaincant, les Olympiens ont des regrets dans ce match mais ne peuvent que s’en vouloir. Il faudra hausser le niveau s’ils veulent battre Benfica ce dimanche. Rencontre diffusée sur C8 à 21h. Néanmoins, des possibles arrivées comme départs pourraient avoir lieu et pourraient changer cette face que l’on n’aime pas voir : une mi-temps nulle et une deuxième plus aboutie.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments