Aulas, l’art de se décrédibiliser !

Auteur d’un dérapage qualifié par la toile de grotesque et égoïste, Jean-Michel Aulas s’est encore une fois attiré les foudres des footeux de l’hexagone. Est-il simplement en train de « perdre la tête » ? Ou est-ce nous les médias, qui en faisons trop ? Décryptage :

« Si le championnat s’arrête ? Le mieux, c’est une saison blanche »

Tout a commencé le 13 mars dernier, au cours d’un entretien au Monde, le natif d’Arbresle s’est dit largement favorable à une saison blanche : « le plus logique serait d’annuler tout et repartir sur la situation du début de saison« . Une solution qui n’est certes pas illogique mais qui, comme par hasard, arrange beaucoup les affaires de l’Olympique Lyonnais, son club :

En effet, le club rhodanien, actuellement 7ème de ligue 1, n’avait jusque là que très peu de chances de se qualifier pour la prochaine Ligue des Champions. Mais si cette « proposition » s’avérait être la bonne pour la LFP, les hommes de Rudi Garcia s’offriraient une nouvelle aventure dans la plus prestigieuse des compétitions grâce à une troisième place obtenue l’an dernier, avec Bruno Génésio

Romain Lafabregue/Icon Sport
Un timing désastreux…

Si ces paroles très opportunistes ont beaucoup fait réagir, que dire alors du timing ? Une crise sanitaire qui touche toute la planète, plus de 6 000 morts, des milliers de victimes françaises, et un gagnant en la personne de Jean-Michel Aulas, c’est en tout cas ce que le timing de ses propos laisse paraître!

Pourquoi être si pressé ? Pourquoi ne pas attendre la prochaine réunion à la Ligue pour en parler ? Est-ce une manière de mettre la pression aux membres de cette dernière ? Ou bien sommes-nous, journalistes, paranos ?

L’OM visé ?

Si cette idée est extrêmement avantageuse pour les Gones, elle n’arrange en rien l’Olympique de Marseille. Cinquièmes l’an dernier, les Marseillais sont aujourd’hui deuxièmes du classement avec 6 longueurs d’avance sur Rennes qui complète le podium !

Financièrement tout d’abord, l’OM est dans l’obligation d’aller en Ligue des Champions pour sauver les comptes du club, ceux-ci étant largement surveillés par le fair-play financier de l’UEFA. Une non-qualification pourrait acter la fin du très controversé « OM Champion’s Project »…

Sportivement, cette décision serait très injuste pour Dimitri Payet et ses coéquipiers qui planent en position de dauphin depuis novembre dernier et une victoire contre… Lyon ! Elle serait d’autant plus injuste, que personne n’aurait imaginé l’OM à cette place en début de saison. Plus aucun supporter ne s’attendait à ce que Jordan Amavi retrouve son niveau initial, à ce qu’un retour de Payet en EDF soit évoqué tant ses performances impressionnent. Qui aurait pensé que Villas-Boas hisse les bleus et blancs en deuxième position avec un effectif si réduit et des moyens tant limités ?

Le club phocéen ne serait pas la seule victime de cette proposition grotesque. Rennes ou Reims, par exemple, qui réalisent une saison formidable, se verraient privés de leur rêve européen au détriment d’autres équipes qui ont totalement foiré la leur (ASSE, Lyon).

Alors, vous vous dites : « Il est bien gentil celui-là à critiquer Aulas et sa proposition, mais il propose quoi en échange ? ».

Si le championnat ne pouvait reprendre, voici nos deux propositions :

  • L’arrêter à la dernière journée disputée (28ème)
  • Se baser exclusivement sur la phase aller (Toutes les équipes du championnat s’y sont affrontées une fois)

Dans les deux cas, les relégations seraient annulées et le prochain championnat se jouerait à 22 équipes !

Quelles sont les différentes réactions ?

Plusieurs réactions sont à noter :

Notamment celle de Jacques-Henri Eyraud, président de l’OM ! A travers une tribune libre au JDD, il explique que « L’idée même d’exploiter cette épreuve collective (Corona Virus) à des fins d’intérêt personnel est indécente » avant de surenchérir : « Quand la fièvre sera retombée, Jean-Michel Aulas verra l’obscénité de sa proposition opportuniste et reviendra vite aux valeurs qui font de lui un immense dirigeant du football« . Des propos complétés par une comparaison avec « Lider Maximo », surnom donné par les médias à Fidel Castro.

https://www.lejdd.fr/Sport/Football/exclusif-jdd-egoisme-obscenite-eyraud-attaque-aulas-et-sa-proposition-dune-saison-blanche-de-ligue-1-3955324

Jean-Michel Aulas qui s’est dit « choqué » par cette réponse, envisagerait d’attaquer en justice le président délégué olympien. De quoi confirmer cette comparaison avec l’ex dirigeant Cubain…

D’autres ont essayé de calmer le jeu, Noël Le Graët par exemple ou encore le président Lillois Gérard Lopez, à qui cette proposition serait bénéfique.

Un autre président de L1 qui aurait pu se réjouir de l’idée d’Aulas, c’est celui d’Amiens, Bernard Joannin. Mais il a déclaré récemment sur RMC qu’il « préférait se maintenir sur le terrain, car il n’y que là que les émotions sont fortes ».

Le dirigeant Lyonnais bénéficie également de quelques soutiens, comme par exemple Robert Moreno, coach de l’ASM qui pense lui aussi qu’il faudrait annuler la saison, si cette dernière ne reprenait pas. JMA s’est aussi réjouit d’une déclaration de la Vice-présidente de West-Ham, Karen Brady :

Bizarrement, cette hypothèse arrangerait (là aussi) beaucoup les Hamers, directement concernés par le maintien…

Et depuis ?

Depuis, l’OL a sorti un communiqué en tentant de calmer le jeu. Aulas s’en est violemment pris à Eyraud sur Twitter pour des choses qui n’ont rien à voir avec l’actuel débat. De quoi se décrédibiliser seul.

De son côté, le président Olympien ne s’est plus jamais exprimé.

Evidemment, il est impossible de ne pas avoir de respect pour Monsieur Aulas tant son travail, ses idées et sa persévérance ont fait de l’OL, un club initialement inconnu, l’un des meilleurs de France. Mais son passé n’excuse en rien son présent. Un présent qualifié par beaucoup de désastreux, que cela soit au niveau de la gestion de son club, mais surtout de sa com’ ! Une communication qui en agace beaucoup. Des tweets à longueur de temps pour se plaindre d’articles qui ne lui conviennent pas et dans lesquels il n’hésite pas à mentionner le patron du journaliste concerné (Vincent Duluc ou Daniel Riolo par exemple). Une mauvaise foi incessante après chaque mauvaise performance de son équipe (Arbitrage, accueil de son équipe dans des ambiances hostiles, cité de non droit etc)…

Bref, Jean-Mi, calme toi, tu te décrédibilises !

Thomas Apel

OM un jour, OM toujours !