MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Patréon
PROCHAINS MATCHS

[#BilanSaison] Hiroki Sakai : Une dernière année mitigée

L’heure du bilan de saison a sonné et celui d’Hiroki Sakai, notre valeureux guerrier, ne restera malheureusement pas gravé. En effet, malgré un passage tout à fait honorable en terre phocéenne, cette dernière saison du Japonais sous les couleurs bleu et blanc n’a pas été des plus abouties. Bien au contraire. Pour tenter d’y voir plus clair, revenons sur ce qui a pu lui faire défaut ces derniers mois.

Retour détaillé

Cela peut paraître fastidieux, mais analyser les notes de Sakai dans chacun de ses matchs permet d’observer certaines choses sur lesquelles nous reviendrons après les explications ci-dessous. Nous avons choisi de nous baser sur les matchs que nous avons notés. Nos notes ne reflètent pas une vérité absolue, mais nous avons décidé de nous pencher sur cet outil parce qu’il a été réalisé de manière constante (notamment par les mêmes personnes). Rassurez-vous, c’est plus rapide à lire que ça en a l’air.

Un début de saison encourageant

Brest-OM 5,3 : Note moyenne, dans la moyenne (ce qui signifie qu’il est, de façon quasi exacte, entre autant de notes supérieures qu’inférieures).
PSG-OM 5,5 : Il obtient la 4ème moins bonne note du match malgré une note correcte.
OM-ASSE 4,5 : L’ensemble de l’équipe obtient une note inférieure à 5, excepté Steve Mandanda.
OM-LOSC 5 : L’un des rares à avoir la moyenne.
OM-Metz 5 : L’un des rares à avoir la moyenne.
OL-OM 5,8 : Une note plutôt satisfaisante mais pas au-dessus de ses coéquipiers, dans la moyenne.

Hiroki Sakai face à Memphis Depay lors de OL-OM

Ligue des Champions, une entrée en la matière plus que difficile

Olympiakos-OM 4,3 : Sa note est la plus mauvaise parmi celles des défenseurs.
Lorient-OM 4,8: Là aussi, il a la pire note des défenseurs, mais cette fois, de loin.
OM-ManCity 4,1 : Il se situe parmi les moins performants.
Porto-OM 2,7 : Tous les joueurs obtiennent des notes catastrophiques.
OM-Porto 2,5 : Tous les joueurs sont sous la moyenne, et lui a la deuxième plus mauvaise note de ce naufrage.

Sakai et ses coéquipiers, déçus face à Porto au Vélodrome

OM-Nantes 5,5 : Il a la deuxième moins bonne note malgré une note plutôt correcte.
OM-Olympiakos 3,6 : Beaucoup de joueurs ont de bonnes notes, sauf lui et Pipa qui pointent en dessous de 4.
Nîmes-OM 3,9 : Là encore, l’ensemble de l’équipe ou presque obtient une note satisfaisante, excepté Hiroki.
ManCity-OM 4,9 : Parmi les 5 joueurs à ne pas avoir la moyenne.

Une suite pas des plus tranquilles

Rennes-OM 4,6 : A nouveau parmi les 5 joueurs à ne pas avoir la moyenne.
OM-Reims 5 : Dans la moyenne.
Angers-OM 2,4 : Il pointe à l’avant-avant-dernière place.
OM-MHSC 4,9 : Il fait parti des quatre à ne pas avoir la moyenne.
Dijon-OM 5,1 : Dans la moyenne.
PSG-OM 5,4 : Une nouvelle fois dans la moyenne, malgré une note correcte. Bis repetita…

Hiroki Sakai face à Kylian Mbappé

OM-Nîmes 2,9 : Dernier de la classe.
OM-Lens 3 : Chaque joueur obtient une note ridicule, pas de jaloux! Bon une exception (habituelle) tout de même, Steve.
Monaco-OM 5,3 : Hiroki a la deuxième meilleure note de la rencontre.
Lens-OM 4 : Il se classe parmi les plus mauvais.
OM-PSG 3,3 : Deux fois de suite, troisième plus mauvaise note.
Auxerre-OM 4,4 : Troisième fois consécutive, parmi les moins bons, ou les plus mauvais, c’est comme on veut.

Une « fin » de saison tronquée et qui reflète la globalité

Il manque Bordeaux-OM.

OM-Nice 5,9 : La note est, une fois de plus, correcte mais dans la moyenne.
Nantes-OM 4,2 : La totalité de l’équipe obtient une mauvaise note (la meilleure étant 5,4…)

Il manque OM-OL puis LOSC-OM.

Canet-OM 2,8 : C’est arrivé trop de fois cette saison, notes honteuses pour l’ensemble des joueurs. Mais Hiroki a décroché la pire.

Il manque OM-Rennes ainsi que OM-Brest.

Nice-OM 3,4 : On ne change pas une équipe qui gagne, mauvaise note pour tout le monde.
OM-Dijon 6,8 : Deuxième meilleure note pour le Japonais.

Hiroki célébrant avec ses coéquipiers, lors de son meilleur match de la saison

Il manque MHSC-OM.

OM-Lorient 5 : Dans la moyenne.

Il manque Reims-OM, puis OM-Strasbourg.

ASSE-OM 3,6 : Dans la moyenne…
OM-Angers 5,4 : Une dernière note correcte mais, une fois n’est pas coutume, la troisième moins bonne de l’équipe.

Il manque le dernier match de la saison, Metz-OM.

Ce qui en ressort

Les données ci-dessus permettent de se rendre compte de plusieurs choses. Tout d’abord, on peut classer ses performances en opposition à celles de ses coéquipiers.

On constate alors qu’il a été plutôt meilleur (ou moins mauvais, selon le point de vue…) que ses coéquipiers lors de 4 matchs (OM-LOSC, OM-Metz, Monaco-OM, OM-Dijon).
Il a plutôt été bon, comme ses coéquipiers à l’occasion de 3 matchs (PSG-OM, OL-OM, OM-Nice).
D’autre part, il a été plutôt moyen à l’instar de ses coéquipiers pendant 5 matchs (Brest-OM, OM-Reims, Dijon-OM, PSG-OM, OM-Lorient).
En terme de performances plus délicates, il a été plutôt mauvais comme ses coéquipiers lors de 8 matchs (OM-ASSE, Porto-OM, OM-Porto, OM-Lens, Nantes-OM, Canet-OM, Nice-OM, ASSE-OM).
Et, il a été plus mauvais (ou moins bon) que ses coéquipiers durant 15 matchs (Olympiakos-OM, Lorient-OM, OM-ManCity, OM-Nantes, OM-Olympiakos, Nîmes-OM, ManCity-OM, Rennes-OM, Angers-OM, OM-MHSC, OM-Nîmes, Lens-OM, OM-PSG, Auxerre-OM, OM-Angers).

Fait à noter, il a également manqué 9 matchs (sur les 17 derniers).

Si l’on résume un peu, on observe très facilement que sur les 35 matchs sur lesquels Hiroki a été jugé, 23 d’entre eux se sont révélés peu concluants avec des performances insatisfaisantes, d’autant plus lorsque l’on connaît les qualités de notre guerrier. Mais des contrastes sont visibles. On remarque notamment qu’il est passé totalement à côté de ses matchs européens. On peut alors se dire qu’il n’avait pas le niveau pour de telles affiches et on le savait un peu (quoique ses coéquipiers n’ont parfois pas fait beaucoup mieux…).

Mais, et il y a un mais, quelque chose d’étonnant fait surface avec ce bilan, c’est l’observation suivante : 4 des 7 matchs où il a été plutôt bon sont des confrontations face aux quatre équipes classées devant l’OM, de la 1ère à la 4ème place. Il est capable de passer totalement à côté d’un match de Ligue des Champions, comme se surpasser pour des matchs face aux « gros » du championnat.

A contrario, il est également passé au travers de matchs contre des opposants dits « petits ». Ensuite, le nombre de matchs où il n’a pas performé par rapport au nombre de matchs disputés est bien trop conséquent. De plus, à l’image de sa saison, ses notes, oscillant généralement entre 3,5 et 5,5, ne sont pas satisfaisantes pour un joueur important de l’effectif marseillais comme a pu l’être Hiroki. Enfin, sa meilleure note de 6,8 (la seule au dessus de 6) face à Dijon n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan ténébreux traversé cette saison par le natif de Kashiwa.

Avec ce qu’il nous a prouvé par le passé, on sait bien évidemment de quoi il est capable. Alors, peut-on réellement lui en vouloir d’être passé à côté de cette saison? Si l’on se fit à ce que l’on a vu de lui lors de ses dernières saisons, on peut imaginer que si celle-ci n’a pas été des plus convaincantes, ce n’est pas anodin puisqu’en effet, il nous avait habitués à mieux. Mais quelles peuvent-être donc les raisons de cet échec?

Les raisons d’une saison en deçà

Cette saison, Hiroki Sakai a joué 3058 minutes sous la tunique olympienne, soit 82 minutes par match en moyenne. En ligue 1, il comptabilise 2385 minutes pour 29 matchs dont 26 en tant que titulaire. Il a été, dans ce championnat, sanctionné à plusieurs reprises. Il a reçu 6 cartons jaunes et un carton rouge. Côté statistiques d’un point de vue purement footballistique, il a délivré une seule passe décisive face à Bordeaux pour son coéquipier et ami, Florian Thauvin.

Hiroki Sakai déçu après son expulsion à la Beaujoire

Justement, lors de ses débuts à l’OM, le numéro 2 marseillais avait créé une entente, presque semblable à une relation particulière, avec Thauvin. Cette relation en dehors du terrain les amenait à bien combiner sur le rectangle vert et l’entente, qui était plus que visible par le passé, a disparu cette saison. Difficile de dire à quoi cela est réellement dû, mais on peut supposer que la saison précédente, manquée par le numéro 26, a fait perdre aux deux joueurs les automatismes et la complicité qu’ils pouvaient avoir en match.

En outre, si Hiroki était moins performant, c’est peut-être lié à une fatigue importante. Peut-être a-t-on trop tiré sur la corde avec ce joueur qui a enchainé pendant un moment. Effectivement, en raison d’une absence d’arrière droit suite au départ de Bouna Sarr, il n’y avait pas vraiment de concurrents pour faire souffler l’international japonais en première partie de saison. Pourtant, on sait que c’est un poste exigeant physiquement, qui demande beaucoup de courses et d’efforts. Et, même s’il n’a jamais été le plus technique, il a toujours essayé d’apporter physiquement. Mais cette saison, on se rendait bien compte que, même cela, ça devenait difficile. Lui qui n’a jamais rechigné à la tâche a semblé émoussé et à bout.

Cette année, j’ai participé à beaucoup de matches. Mais je me suis posé la question de savoir si j’avais aidé le club. Et c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de partir. Je considère que je dois assumer ma responsabilité envers le club. J’avais décidé de partir si je n’arrivais pas à assumer cette responsabilité

Hiroki Sakai au quotidien régional La Provence

Et, quand on est professionnel comme lui, ce sont probablement des choses difficiles à vivre. Ne pas se sentir au niveau, en essayant pourtant de donner le maximum. Mais quand c’est trop, c’est trop. Peut-être était-il lassé de cette fatigue physique, d’un contexte parfois difficile, d’une saison éprouvante sur le plan psychologique, etc. Les raisons sont sans doute multiples, mais celles-ci en font certainement partie.

Finalement…

Même si son départ était attendu, à un an de la fin de son contrat, difficile de dire si c’est dommage de perdre ce joueur ou s’il fallait effectivement le laisser partir. Les avis divergent parce que oui, il a été moins performant et était probablement usé. Mais c’est un grand professionnel qui a toujours travaillé d’arrache pied, qui n’a jamais prononcé une déclaration de travers ou fait toute autre action irrespectueuse. C’est un homme qui a fait preuve d’une telle humilité et qui a respecté notre maillot du premier au dernier jour. Bien sûr que les qualités sportives sont essentielles, mais les qualités humaines ont aussi leur importance.

Cette année comme d’autres, il a parfois été un peu en retard dans ses interventions, il n’a pas toujours été précis dans ses centres, mais il n’a pas enchainé les erreurs grossières et ne nous a pas fait perdre un titre ou une Ligue des Champions et donc, pour ça, on ne lui en tiendra pas rigueur et on se souviendra de lui comme de quelqu’un de grand. Blessé lors du dernier match de la saison et n’ayant pas eu d’hommage, à l’instar de son compère parti s’exiler au Mexique, notre guerrier sera malheureusement sorti sur la pointe des pieds d’une certaine manière, mais par la grande porte aux yeux de tous.

Cette saison en demi teinte n’a donc malheureusement pas permis à Sakai de terminer son histoire olympienne de la plus belle des manières. Toutefois, nombreux sont les supporters marseillais qui garderont un bon souvenir du Japonais, préférant notamment avoir à l’esprit ses belles années ponctuées de jolis moments assortis à un professionnalisme hors pair. Bon retour aux sources, Monsieur!

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments