MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Patréon
PROCHAINS MATCHS

« Des crédits à honorer » : doit-on plaindre ou se moquer de Dimitri Payet ?

Dimitri Payet avait expliqué au Journal de la Réunion (son île natale) pourquoi il refusait de baisser ses émoluments afin d’aider son club, en grande difficulté en raison de la crise du coronavirus. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que son honnêteté lui a joué bien des tours !

Avec franchise, Dimitri Payet avait étalé ses arguments :

« Tout le monde s’est exprimé sur le sujet. Ma position était claire et nette. Le joueur que je suis est aussi père de famille. Comme toute personne, j’ai des crédits importants à honorer, des engagements à tenir. Mon rôle est de défendre mes intérêts et ceux de ma famille, sans pour autant mettre en péril le club pour qui tout le monde connaît mon attachement. »

Journal de la Reunion, le 1er juin 2020

Rappelons que l’ancien Hamer fait partie, en compagnie de Kevin Strootman, des plus gros salaires du club olympien, avec une somme mensuelle se rapprochant des 480 000 euros brut par mois. Des propos qui font évidemment beaucoup parler, au vu de l’actuelle situation en France, touchée de plein fouet par la crise du coronavirus, sans oublier les mouvements massifs des gilets jaunes, il y a un an !

Tort ou raison, il parle avec franchise

Quand il le veut, Dimitri Payet fait partie des quelques joueurs du championnat à parler avec franchise… il l’avait notamment prouvé en novembre dernier en taclant à de multiples reprises en conférence d’avant-match son ancien coach Rudi Garcia. Cette fois-ci, il s’autoproclame porte-parole de cette grande majorité de footballeurs professionnels qui refusent de baisser leurs salaires le temps de la crise.

Son discours est-il si bête que ça ?

Comme nous l’avons précisé plus haut dans l’article, le joueur formé au FC Nantes touche 480 000€ brut par mois. Si on transforme ce dernier en salaire net, le Réunionnais toucherait à la fin du mois une somme comprise entre 370 et 380 000€ mensuels. Il n’a toujours pas à se plaindre, on est d’accord.

Maintenant, passons à l’imposition ! On le sait, les footballeurs professionnels gagnent énormément d’argent par rapport à la moyenne, mais en contre-partie ils payent beaucoup plus d’impôts que la majorité des Français : pour une grande partie d’entre-eux, l’état prélève 43% de leur salaire net, directement à la source ! Pour Payet, cela correspond à près de 2M/€ annuellement dans les caisses de l’état. Les impôts lui prélèvent en effet pratiquement 161 000€ par mois.

Annuellement, l’idole du Vélodrome touche donc une somme équivalente à 2 560 896 M/€. Est-il à plaindre ? Toujours pas.

N’oublions pas cependant qu’il a de bonnes chances de diviser son salaire en plusieurs parties comme le font pratiquement tous les sportifs de haut niveau, en donnant chaque mois des parts de leurs émoluments à pas mal de membres de leur famille (parents, frères, cousins, amis …). Ils payent aussi des loyers relativement chers, des crédits très coûteux qui sont évidemment adaptés à leur train de vie, sans oublier que leur carrière est courte, et que les investissements et économies faits sont vitaux pour la continuité de leur richesse.

Ce qui ne défend en rien le refus de baisser leur salaire ne serait-ce que d’un léger pourcentage, le temps d’une crise qui touche tous les secteurs d’activité…

Finalement, mieux vaut en rire !

Beaucoup d’internautes ont profité de ces déclarations afin de faire rire la toile et d’ironiser sur sa situation :

4.5 4 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Nos Partenaires

  • Logo 100% Ligue 1
  • Logo Dugout
  • Logo Foot Store
  • Logo Football Design
  • Logo One Football
  • Logo Stadium Go