MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Patréon
PROCHAINS MATCHS

Diambars, un grand pas vers le développement en Afrique ?

L’Olympique de Marseille a annoncé le 8 décembre dernier un partenariat sur 3 ans avec l’Académie Diambars, centre de formation sénégalais ayant révélé de nombreux talents comme Idrissa Gueye, actuel milieu de terrain du Paris Saint-Germain. Pourquoi avoir misé sur Diambars ? Quels intérêts pour l’OM ? Focus sur la collaboration du club phocéen avec l’une des plus grandes académies du football africain.

Depuis quelques mois, l’Olympique de Marseille souhaite se rapprocher du continent africain. En effet, le club est l’un des plus populaires sur le territoire depuis de nombreuses années. Si certains projets débutent d’ores et déjà, comme la création d’écoles de football en Algérie et en Tunisie, le club phocéen compte désormais sur une coopération avec l’Académie Diambars au Sénégal, paraphée officiellement le 8 décembre dernier. Selon les termes de l’accord signé, l’OM aura « une option prioritaire sur deux joueurs des Diambars chaque saison ». Pour les Sudistes, le Sénégal est un pays stratégique notamment pour renforcer ses équipes « formation » et « post-formation ». Cela va permettre de voir débarquer sur la Canebière des pépites sénégalaises dans le but de renforcer, à terme, l’équipe première. 

Un contrat « gagnant-gagnant »

En échange, l’OM s’engage à faire bénéficier l’Académie Diambars de son expertise. Sur le domaine sportif, des éducateurs du club olympien iront régulièrement sur place, dans les infrastructures de l’Institut. L’objectif est de transmettre leur savoir-faire en terme de formation et d’encadrement des jeunes. Aussi, les éducateurs sénégalais se rendront également à Marseille pour observer et échanger avec le personnel local. Outre le plan sportif, Diambars tentera également de faire un bond en avant en terme de suivi médical. « Ce partenariat va nous permettre de passer encore une autre étape pour nous donner les moyens d’aller encore plus loin dans notre projet sportif et social », a déclaré Jimmy Adjovi-Boco, fondateur de l’Institut. 

Diambars, une fabrique à champions

Evoquer l’Académie Diambars en Afrique, c’est mettre l’accent sur une formation d’excellence. Un vivier de talents hors du commun, qui forme chaque année l’avenir du football sénégalais. Elle a été fondée en 2003 par Jimmy Adjovi-Boco, ex-RC Lens, en compagnie de Bernard Lama et Patrick Vieira, anciens internationaux. L’Institut Diambars est né de la volonté d’insérer les jeunes africains dans la vie active par la voie du sport. C’est ainsi qu’ils bâtissent une école de champions où la principale mission est de former des footballeurs de qualité. Et au-delà du football, Diambars est très pointilleux sur le côté éducatif. En effet, devenir des hommes capables de s’intégrer dans la société avec un sérieux bagage scolaire reste une priorité. Au niveau du recrutement, il s’effectue sur des critères purement sportifs dans un premier temps. Il suffit de réussir les tests d’entrée dans les différentes détections sur le territoire national et avoir entre 13 et 18 ans, qui sera vérifié par la suite. L’objectif sera de déceler les potentiels et d’identifier les talents qui ont le potentiel pour évoluer au haut plus niveau. 

Où en sont les anciens pensionnaires ?

Certains jeunes formés ont réussi à évoluer durant de nombreuses saisons en Europe. Le plus connu est Idrissa « Gana » Gueye, qui évolue aujourd’hui au Paris Saint-Germain. Entré à l’âge de 14 ans, il est formé durant quatre années et rejoint finalement le LOSC en 2007. Et après plus de 170 matchs professionnels, il quitte finalement le Nord de la France et file en Angleterre. Là-bas, il s’illustre de très belle manière sur les terrains d’Aston Villa et d’Everton, entre 2015 et 2019. D’autres ont une réussite plus mesurée, comme Kara Mbodj. Le défenseur axial participe presque 200 matchs en Belgique du côté du KRC Genk et d’Anderlecht. Il y a aussi Badou Ndiaye, milieu de terrain, qui a fait le bonheur de différents clubs norvégiens et turcs (Osmanlispor et Galatasaray notamment). Et en compagnie de Saliou Ciss, ex-Nancy et SCO Angers, ils sont quatre représentants de l’Institut Diambars au sein de la sélection nationale sénégalaise pour la Coupe du Monde 2018 : une immense fierté !

Ce partenariat avec l’Institut Diambars est donc une excellente opportunité pour l’OM. D’une part, cela permet d’avoir accès à un réservoir de talents africain ayant déjà prouvés à la fois leur qualité et leur efficacité. De l’autre, il permet une fois de plus à Marseille de renforcer son lien avec le continent africain. Un rapprochement comme celui-ci renforce la crédibilité du club. Reste à savoir comment sera géré le dossier sur la durée par les dirigeants olympiens.

Les commentaires sont fermés.

Nos Partenaires

  • Logo 100% Ligue 1
  • Logo Dugout
  • Logo Foot Store
  • Logo Football Design
  • Logo One Football
  • Logo Stadium Go