MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Utip
PROCHAINS MATCHS

Interview de Raphael Pesenti

Diplômé en Coaching et Performance mentale, Raphael Pesenti intervient auprès de sportifs de haut niveau. Grand passionné de foot et diplômé du 1er degré d’entraîneur de la Fédération Espagnole de Football, il a aussi effectué un passage dans l’After Foot. Il est également auteur du livre “Dans la tête de l’entraîneur”. Voici son interview, réalisée par Karim Sghairi (@SghairiK) pour Peuple Olympien (@peupleolympien).

Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis coach-formateur et préparateur mental diplômé. J’accompagne des sportifs professionnels et leurs managers dans leur quête de performance tout en respectant un certain bien-être. J’accompagne également des entrepreneurs dans leurs nouveaux challenges. Je guide les managers et les cadres ainsi que leurs équipes, afin qu’ils s’adaptent à un environnement en perpétuelle évolution. Je travaille aussi avec de nombreux étudiants.

Pourquoi avez-vous décidé de devenir préparateur mental ?

Ingénieur de formation, je possède plus de 15 ans d’expérience en tant que manager au sein de diverses entreprises industrielles, dont 10 ans en Espagne. Le management de mes équipes, les faire progresser tant individuellement que collectivement et accompagner mes collaborateurs sur leurs chemins de vie, m’est alors apparu essentiel. J’ai donc ressenti la nécessité de changer d’activité et devenir coach était une évidence pour moi. Cela m’a permis de trouver un réel sens à ma vie. Je peux ainsi apporter ma contribution tout en exerçant une activité me rapprochant de mes 2 passions que sont le développement de l’humain et le sport.

En quoi, pour vous, la préparation mentale est-elle primordiale dans la vie d’un sportif et plus particulièrement d’un footballeur ?

Pour moi, la préparation mentale est primordiale dans la vie d’un sportif, tout comme l’est la préparation physique. Est-ce qu’un sportif envisage de ne pas se préparer physiquement ? Je dis souvent que le cerveau est un muscle et qu’il faut le travailler. Et c’est le muscle le plus important car il dirige tous les autres.

Quelle est votre méthode pour gérer le stress et la pression chez un footballeur ?

Je n’ai pas de méthode, de recette toute faite. Si c’était le cas, je les écrirais et les sportifs n’auraient qu’à se servir. Chaque cas est différent, donc les solutions sont toutes différentes suivant le sportif. Il faut être à l’écoute et accompagner le footballeur dans la recherche de ses propres solutions, car il les a en lui. Bien sûr, j’ai un certain nombre d’outils pour la gestion du stress. Mais un outil qui fonctionne pour l’un, ne fonctionnera pas pour l’autre. Cela est donc différent à chaque fois.

Pourquoi votre métier prend-il de plus en plus d’ampleur au sein des clubs de football ?

Ça commence à bouger mais on est encore très très loin de ce qui peut se faire à l’étranger. Cela prend de l’ampleur, je pense, parce qu’on est arrivé à des limites au niveau de la préparation physique et qu’en revanche, il existe un énorme potentiel et une énorme marge de progression au niveau mental. On n’exploite qu’une infime capacité de notre cerveau.

La préparation mentale d’un joueur de haut niveau est une facette du football qui est encore obscure. Comment permettre à votre métier d’être reconnu à sa juste valeur ?

[Cette préparation] est obscure avant tout parce que les joueurs et les entraîneurs qui la pratiquent ne veulent pas, dans la plupart des cas, en parler. Ils ont peur que cela soit perçu comme un aveu de faiblesse. Est-ce une faiblesse de vouloir s’améliorer mentalement comme on le fait physiquement ? Notre métier sera reconnu à sa juste valeur lorsque l’on en parlera ouvertement, lorsque les clubs intégreront des préparateurs mentaux dans  leur staff. Lorsque, comme Teddy Riner l’a fait dans le judo, un crack du football dira qu’il se prépare mentalement.

Même s’ils ont des qualités mentales indéniables, ne croyez-vous pas que certains cracks auraient parfois besoin d’être suivis au niveau mental ? Cela est obscur aussi parce que l’on n’en parle pas assez. Alors, je vous remercie pour votre article car vous contribuez aussi à ce que cela soit plus reconnu. Enfin, c’est obscur aussi certainement parce que les gens ne savent pas ce qu’il y a derrière.

Puisqu’il n’y a pas de méthode type pouvez-vous me donner un exemple de préparation mentale auquel vous avez été confronté avec un sportif ?

Je parlerai d’un coaching avec un joueur qui avait du mal à rester dans son match lorsqu’il faisait une erreur, puis une autre, etc… Au final, il sortait de son match et on ne le revoyait plus. Dans un premier temps, on a travaillé sur son discours interne car au moment de l’échec, il n’arrêtait pas de se dévaloriser. Il a donc appris à relativiser l’échec, à avoir un discours interne plus positif pour se remettre dans le match. Puis, on a travaillé sur la confiance en lui-même. Et également, sur sa manière d’aborder les matchs avec la gestion de son stress avec des exercices de relâchement mais aussi, de la visualisation.

Quel est votre processus d’accompagnement pour suivre un joueur qui sort d’une grave blessure? D’un joueur qui est remplaçant ?

Encore une fois, j’insiste, mais il n’y a pas de processus défini par avance, tout dépend du joueur. Pour un joueur blessé, il a un travail de motivation certainement à faire, de fixation de nouveaux objectifs pendant la rééducation et après celle-ci. Le travail de rééducation peut aussi être couplé avec un travail de visualisation. La répétition mentale des mouvements va aider le joueur car l’activation neurologique des mouvements permet d’augmenter significativement la force et la mobilité (des études scientifiques l’ont prouvé).

Pour le remplaçant, cela se passe surtout au niveau du dialogue. Il faut que le joueur sente qu’il a un rôle à jouer pour l’équipe et pour lui-même. Que l’on compte sur lui autant que les autres et qu’il doit être prêt au moment où l’on fait appel à lui. Car une équipe, ce n’est pas seulement 11 titulaires et cela l’est de moins en moins avec la répétition des matchs, les blessures… etc. Alors, il est certain qu’à un moment ou un autre de la saison voire du match, il aura sa chance. À lui de la saisir et de se préparer en conséquence. C’est avant tout le travail de l’entraîneur. J’en parle dans mon e-book sur le management des entraîneurs « Dans la tête de l’entraîneur ».

En quoi votre rôle est il aussi important que celui d’un préparateur physique?

Je l’ai dit précédemment, travailler les muscles c’est bien mais qui dirige les muscles ? Le cerveau… Il est donc essentiel de le faire travailler aussi, de l’exercer et de l’utiliser au plus proche de sa pleine capacité.

Quelles sont les conditions pour optimiser ses performances et ses chances de progresser?

Si vous parlez des conditions pour optimiser ses performances au niveau mental, la seule condition est d’en avoir l’envie. Un joueur qui ne veut pas, pour quelque raison que ce soit, travailler le mental, ne progressera pas. C’est d’ailleurs une des conditions que je pose avant de travailler avec un joueur. S’il n’a pas le désir de le faire, je refuse de l’accompagner car c’est une perte de temps pour les deux.

Quand un club fait appel à un préparateur mental, cela peut renvoyer l’image d’un groupe en crise. Comment gérez-vous cela?

Justement, mon travail n’est pas d’intervenir seulement lorsque le club ou le joueur est en crise. Or, cela est bien trop souvent le cas. Travaille-t-on le physique seulement quand les joueurs ne sont pas en forme physique ? Bien souvent, quand le groupe est en crise, c’est déjà un peu tard. Or, les clubs fonctionnent trop de cette manière. C’est aussi pour cela que la préparation mentale n’a pas toujours les résultats escomptés. Parce qu’on ne la travaille pas de manière régulière tout au long de l’année.

Après, lorsqu’il y a une crise, on peut quand même mettre en place certaines choses mais cela dépend du temps que l’on a pour le faire. Le travail mental n’est pas quelque chose de magique. Il faut donc du temps et ça ne se fait pas du jour au lendemain, même s’il existe des possibilités de trouver des électrochocs; mais cela ne fonctionne pas toujours. 

Pouvez-vous citer un ou deux exemples auxquels vous avez été confronté pour essayer de faire rebondir un sportif après un gros échec?

Après un gros échec, dans un premier temps, il ne faut rien faire, mis à part si le sportif en fait la demande bien entendu. Car la déception est légitime et à chaud, la seule chose que vous pouvez faire c’est d’apporter du réconfort. Le sportif ne voudra rien entendre d’autre. Une fois que la déception est évacuée, il est important de travailler sur les raisons de l’échec. Car réellement, il n’y a jamais d’échec mais seulement des opportunités d’apprendre pour être plus fort la prochaine fois. J’aime beaucoup cette citation de Mandela : « Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends. »

Enfin, s’il s’agit d’un objectif très important de la saison, il est parfois aussi utile de retravailler sur les futurs objectifs pour retrouver de la motivation. Les footballeurs ont en général l’occasion d’évacuer assez vite les échecs, car ils ont de nouveaux objectifs tous les week-ends, voire tous les 3 jours.

Quelle est la différence dans votre travail entre un joueur de champ et un gardien de but?

Dans mon travail,  il y aura des différences entre tous les joueurs car chaque joueur est unique. Pour 2 gardiens, je peux travailler différemment. Ils n’auront pas la même problématique, la même façon de la résoudre… etc.

Pour vous, est-ce qu’un joueur a besoin d’un préparateur mental afin de faire face aux multiples obstacles qui apparaissent avec la médiatisation ?

Bien entendu, un(e) joueur/joueuse est avant tout un(e) homme/femme avec toutes ses facettes. Ce n’est pas seulement un(e) joueur/joueuse, c’est aussi un(e) homme/femme, un(e) papa/maman, un(e) mari/femme, un(e) frère/sœur… C’est un tout, alors les autres facettes de sa vie peuvent rejaillir sur le terrain. Les obstacles extérieurs au terrain comme la médiatisation doivent aussi être abordés lors des séances de coaching si cela est nécessaire. En effet, une problématique extérieure au terrain, non résolue, peut avoir une influence négative sur la performance du joueur.

Quel sentiment éprouvez-vous lorsqu’un joueur que vous aidez se remet à faire des performances de bon niveau?

Plus que lorsqu’il se remet à faire des performances, je suis satisfait lorsque je le sens plus heureux, plus épanoui. Cela passe souvent par plus de performances mais pas toujours. Lorsqu’il vient me voir et me remercie pour le travail fait ensemble, j’ai le sentiment d’être à ma place et d’apporter ma contribution. Cela m’apporte beaucoup de satisfaction et de plaisir.

Avez-vous des objectifs personnels pour votre carrière?

Oui, j’ai plein d’objectifs. Je ne vais pas tous vous les énumérer mais être préparateur mental de l’Olympique de Marseille pourrait en être un à court terme.

Je remercie Raphael Pesenti (@RaphaelPesenti) pour sa disponibilité.

Site internet : www.raphaelpesenti.com

Les commentaires sont fermés.