MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Patréon
PROCHAINS MATCHS

[Interview] Le Corbeau Phocéen : « La Censure m’a privé de mon rêve »

La liberté d’expression a un prix quand il s’agit de l’OM, Le Corbeau Phocéen le sait mieux que personne. Journaliste indépendant, censuré dans les médias par les précédentes directions de l’OM pour son travail d’analyse, il a accepté de revenir dans cette rare interview sur son parcours et les difficultés auxquelles il a dû faire face. Auteur d’un dernier article qui vaut le détour, il en profite pour donner sa vision sur l’OM actuel. Avec une vraie justesse.

Bonjour. Présente-toi à nos lecteurs.

Le Corbeau Phocéen, journaliste indépendant, par la force des choses, éditorialiste et surtout supporter de l’OM. Après avoir été censuré par des médias comme Lephocéen ou TF1, j’ai dû mettre de côté mes rêves de départ de travailler sur l’OM et créer mes propres plateformes pour communiquer. Mon pseudonyme du corbeau est de l’autodérision. C’est une manière d’assumer le mauvais rôle que m’ont donné ceux qui m’ont censuré, pour avoir analysé l’intérêt de l’OM. Je suis malheureusement tombé à une période où les dirigeants de l’OM ne travaillaient pas du tout dans l’intérêt du club, les médias non plus.

Un mot sur ton parcours ?

J’écrivais mes analyses sur l’OM sur le site Lephocéen, après plusieurs années sur différents sites. J’étais très apprécié par les lecteurs, notamment par René Malleville que j’ai guidé à ses débuts. J’ai été censuré pour un article analysant le travail contre l’intérêt de l’OM de l’ex-directeur sportif José Anigo, dont le site était très proche. J’aurais pu m’autocensurer par la suite, comme on me l’avait demandé, et penser à ma carrière de journaliste sur l’OM. Il n’y avait pas une multitude de médias spécialisés OM, et vu mon succès sur ce site j’étais conscient que c’était me tirer une balle dans le pied. Mais j’ai préféré créer mes propres médias en ligne pour continuer à m’exprimer librement, car mon but est d’analyser objectivement ce qui est dans l’intérêt de l’OM.

Après m’être fait connaître, j’ai ensuite eu la chance d’être interviewé par le journaliste Florent Bodin pour l’émission de TF1 Téléfoot. La chaîne a elle aussi censuré mon passage prévu dans l’émission, à la demande de l’ex-président de l’OM Vincent Labrune qui avait ses entrées à TF1, la veille de sa diffusion. C’était la deuxième fois qu’un dirigeant de l’OM entravait mon travail dans les médias. J’ai appris à mes dépends, en perdant tout professionnellement, qu’analyser l’intérêt de l’OM dérangeait des gens sensés travailler pour le bien du club. Par la suite, en découvrant mon travail, Didier Roustan, journaliste historique à l’Equipe, n’a eu de cesse de me relayer et de me recommander et je l’en remercie. Pour résumer mon parcours, j’ai payé ma passion et mon honnêteté envers mon club, à une période récente très difficile pour l’OM.

« L’intérêt de l’OM est la première chose à laquelle je pense en me réveillant le matin, c’est obsessionnel. »

– Le Corbeau Phocéen
En quoi consiste ton travail sur l’OM et quelle est ta méthode au juste ?

Mon travail consiste à analyser les erreurs de décision et les axes d’amélioration à l’OM. Je travaille depuis 18 ans, en tant que supporter, sur l’aspect décisionnel à l’OM. Mon mot-clé préféré est l’adéquation avec l’OM.

Depuis la création de l’activité Le Corbeau Phocéen, j’ai analysé sept présidences différentes. Je consulte absolument tout sur l’actualité de l’OM, en me demandant toujours ce qui peut et ce qui doit être amélioré. Pour cela, j’ai mis en place une méthode basée sur la technique de l’inversion. J’analyse ce qui n’a pas fonctionné avant à l’OM, ce qui me permet de réduire les possibilités, de mieux anticiper les conséquences des décisions et surtout de déterminer ce qui est dans l’intérêt du club. Mon objectif étant que l’OM s’améliore et évite de reproduire des erreurs déjà commises, je fais le film à l’envers. Je donne aussi une grande importance à l’intuition personnelle. Pour être honnête il n’y a pas plus frustrant, en tant que supporter de l’OM, que de voir son club emprunter des chemins déjà voués à l’échec.

Paradoxalement, cela a déplu à certains décideurs du club, car cela posait parfois la question des décisions prises ou même de la qualité de leur travail à l’OM. Certains n’ont pas conscience des sacrifices, de la passion et du travail que cela demande, sans parler des portes qui se sont refermées professionnellement pour moi. Ma plus belle récompense est quand les supporters de l’OM me remercient pour mon travail ou me disent que j’apporterais beaucoup à mon club. L’intérêt de l’OM est la première chose à laquelle je pense en me réveillant le matin, c’est obsessionnel chez moi.

« Quand on est censuré, c’est souvent qu’on n’est pas loin de la vérité. »

– Didier Roustan
Depuis plusieurs années, tu vises toujours très juste concernant l’OM, avec un temps d’avance. Quelles sont les analyses dont tu es le plus fier ?

« Quand on est censuré, c’est souvent qu’on n’est pas loin de la vérité » m’a dit un jour Didier Roustan. Je trouve ça très vrai. Il serait long d’évoquer tous les aspects que mes analyses ont dévoilés ou anticipés à l’OM au fil des saisons. D’autant que je pointe du doigt au quotidien de très nombreuses micros-décisions, qui ont souvent de grandes conséquences à l’OM. A grande échelle, concernant les analyses que je publie volontairement à chaque période clé pour l’OM, j’ai beaucoup travaillé sur le passage au club de Marcelo Bielsa. J’ai été le seul consultant à très vite analyser les véritables causes de la déflagration de sa démission de l’OM, à un moment où tous les médias étaient dans le flou. L’article avait d’ailleurs spontanément fait la Une du site du quotidien l’Equipe.

J’ai également été le seul à rédiger un article qui anticipe l’impact futur, confirmé par la suite, du départ de Bielsa sur l’OM et la date méconnue de ses adieux aux supporters de l’OM. Un an après le début de l’OM Champions Project, j’ai étudié les raisons du mauvais virage pris par le projet de McCourt. J’ai toujours travaillé sur les problèmes de stratégie lors des mercatos ou les erreurs dans la communication du club, en totale méconnaissance de l’OM, et leur impact.

L’an dernier, j’ai analysé la future position très critique d’Eyraud, bien avant les événements de la Commanderie. Personne ne croyait son départ de l’OM possible à ce moment-là. Lui-même était persuadé de rester. Longoria disait que c’est important « d’analyser les décisions et les erreurs pour éviter de les reproduire » ou Cardoze que son « travail est de se servir des expériences passées.« . Cela fait près de vingt ans que je les analyse en détail à l’OM. Je vais au-delà des apparences. Souvent au début envers et contre tous, même nos propres supporters, dont je connais parfaitement la mentalité puisque je suis l’un d’entre eux.

« La vente de Drogba a radicalement changé ma perception des choses et mon approche journalistique. »

– Le Corbeau Phocéen
Y a t’il un événement qui s’est produit à l’OM qui a marqué ton parcours et ta trajectoire ?

Indiscutablement la vente de Didier Drogba à Chelsea, en juillet 2004. Un joueur de cette envergure, pour qui à ce moment-là seul l’OM existe et que le club force à partir, aurait sa statue devant le Stade Vélodrome aujourd’hui. C’est à ce moment précis que j’ai compris à quel point une seule mauvaise décision d’un dirigeant de l’OM pouvait allier impact émotionnel fort sur moi et impact négatif sur mon club. J’ai vécu ça comme un choc immense, presque comme un décès. Je me souviens d’ailleurs de manière très précise de ce que je faisais quand j’ai appris la nouvelle. J’ai su instinctivement et immédiatement qu’il serait très mal remplacé, car comme dit Deschamps « mieux vaut un grand joueur que trois bons joueurs. » Mais aussi que les jours du président de l’OM de l’époque Christophe Bouchet, qui était persuadé d’avoir fait un très bon coup, seraient comptés.

Je me suis promis ce jour-là d’être le plus vigilant possible sur les décisions prises à l’OM et de toujours tout faire pour penser en premier lieu à l’intérêt de mon club. Ça a radicalement changé ma perception des choses et mon approche journalistique.

« Quand Téléfoot me censure, ce sont des années de travail et d’efforts qui tombent à l’eau. »

– Le Corbeau Phocéen
Quel est ton avis sur la censure, qui a eu des conséquences sur ton rêve de départ qui était de travailler à l’OM ? 

Au moment où je suis censuré injustement, tout s’écroule pour moi. Surtout quand ça se reproduit, après être reparti de zéro et m’en être déjà relevé une première fois, par mes propres moyens. Quand Téléfoot me censure, ce sont des années de travail et d’efforts qui tombent à l’eau. Mais je me suis toujours considéré comme une aide à mon club, en travaillant gratuitement et par seule passion pour l’OM. Une direction qui travaillait dans l’intérêt du club n’avait d’ailleurs aucun intérêt à me censurer. La censure dont j’ai été frappé m’a avant tout privé de la possibilité d’exercer le métier de journaliste et forcé à garder l’anonymat.

Mon rêve principal était d’être amené ensuite à travailler pour l’OM, car il n’y a rien de plus beau, chose qui était inenvisageable avec les précédentes directions. Pour y arriver, j’aurais dû perdre en objectivité dans mes analyses, par calcul, et j’aurais surtout dû cesser d’être honnête envers mon club. Se taire, beaucoup ne s’en sont d’ailleurs pas privé, c’était cautionner le mal fait à l’OM. Aujourd’hui, c’est le club qui continue à payer la facture des mauvaises décisions de ces personnes. On le voit dans plusieurs transferts insensés, le retard accumulé, l’encadrement financier chaque année ou l’indice UEFA de l’OM, qui pénalisera le club cette saison en C1.

Paradoxalement, même si j’ai tout perdu professionnellement, la censure a renforcé mon impact et ma crédibilité auprès des supporters de l’OM. En plus d’être supporter, j’ai toujours conçu l’exercice du journalisme comme une exigence au quotidien, envers moi-même en ne ratant rien de ce qui se passe à l’OM et envers mon club. Mon rêve est que l’Olympique de Marseille retrouve à nouveau les sommets.

« Il faut que Longoria arrive à placer jusqu’au bout l’intérêt de l’OM au dessus de tout, comme il le disait le 03/02/21. Et qu’il renforce dans la durée l’adéquation avec l’OM. »

Réponses du Corbeau Phocéen au Figaro
Que penses-tu du travail de Longoria et de Jacques Cardoze jusqu’à présent à l’OM ?

Je serais malhonnête de critiquer Pablo Longoria ou Jacques Cardoze simplement pour respecter une posture. Je suis bien placé pour savoir d’où ils sont partis. J’avais publié, plusieurs mois avant les événements de la Commanderie et le départ forcé de JHE, un article intitulé « La prise d’otages » dans lequel je le comparais à un preneur d’otages et anticipais une chute que personne n’imaginait. Départ qui a permis la présidence de Longoria.

En ce qui concerne Cardoze, le fait qu’il ait eu des mots forts très vite a permis à l’OM de marquer son territoire, mais des progrès restent à faire sur de nombreux points. Comme il le disait en octobre 2021, il est là « pour prendre les coups à la place » de Longoria, mais de l’OM aussi. Hors le club doit encore travailler sa respectabilité, on l’a vu avec le cas Gameiro, le maillot Puma sans écusson ou encore les décisions arbitrales de fin de saison, qui auraient pu coûter très cher à l’OM. Ensuite, j’espère que Longoria comme Cardoze ne passeront pas à côté de leur aventure marseillaise. De tous temps, il a manqué à l’OM des personnes passionnées et qui fassent enfin le lien entre le passé et le présent. C’est fondamental pour limiter les erreurs et s’améliorer efficacement.

Pour finir, sur les dernières décennies, les personnages emblématiques de l’OM ont souvent mal fini leur histoire avec le club, en étant à un moment donné guidés par leur ego ou leurs intérêts. Si Longoria reste et qu’il arrive à placer jusqu’au bout l’intérêt de l’OM « au dessus de tout » comme il le disait à un moment-clé le 03 février 2021 que j’ai évoqué au Figaro, avant même sa propre personne, puis qu’il renforce dans la durée l’adéquation avec l’OM, ma perception est que non seulement il réussira mais qu’il pourrait marquer durablement l’histoire du club. Mais c’est un humain, pas un magicien. En attendant, il lui reste à « Imaginer l’OM de demain », comme écrit dans mon dernier article. La réussite future du club passe par certaines conditions.

« Je me bats contre l’idée que supporter l’OM et avoir l’esprit d’analyse et l’esprit critique est infamant, alors que c’est indispensable. »

– Le Corbeau Phocéen
Pourquoi avoir toujours tenu à préciser que tu es surtout supporter de l’OM ?

J’ai un exemple concret. J’ai entendu il y a quelques mois le rédacteur en chef d’un grand média du sud de la France dire qu’il avait « cessé d’être supporter de l’OM le jour où il est devenu journaliste. » Je trouve ça dommage. Quand vous cherchez à modifier vos émotions, vous ratez forcément quelque chose dans la perception. On le voit d’ailleurs se répercuter dans la presse locale, qui est totalement passé à côté sur les principaux sujets à enjeu pour l’OM depuis une vingtaine d’années. Comme à l’échelle nationale, pour des raisons différentes.

Les journalistes ont en général peur du parti pris, pas moi. On peut également citer l’ex-président Eyraud, pour qui travailler pour l’OM et supporter l’OM était incompatible. Cette vision et cette tentative de dépassionner l’OM ont été un échec total. Je me bats contre l’idée qu’un supporter est forcément quelqu’un qui manque d’objectivité. Et contre l’idée, dans une société très standardisée, qu’avoir l’esprit d’analyse et l’esprit critique est infamant, alors que c’est indispensable pour s’améliorer. Être passionné par l’OM, vouloir le meilleur pour son club, ressentir le poids de son histoire et de ses tribunes, cela doit être un moteur qui permet de réfléchir à l’intérêt du club pour qu’il s’améliore. En tout cas c’est le mien. Il m’a permis de ne jamais baisser les bras malgré les difficultés.

Près de 7000 supporters de l’OM te suivent sur Facebook, tes tweets et articles sont souvent très repris. Te considères-tu comme un influenceur ?

Je n’aime pas ce terme car il implique une dimension de manipulation, ce que j’exècre. Le seul objectif à avoir, c’est simplement d’inciter les dirigeants de l’OM à se poser les bonnes questions et de les aider à agir dans l’intérêt du club. Comme pour le « maillot de la honte », sans l’écusson de l’OM, que j’ai dénoncé cette saison et au sujet duquel j’ai déploré un manque de réaction du club qui aurait été bénéfique. Quand j’analyse la communication ou les décisions du club, mon but est de toujours donner des clés de compréhension qui soient utiles et surtout en adéquation avec l’OM. Aujourd’hui, beaucoup de gens préfèrent être importants au fait d’être utiles. Même si j’ai dû encaisser seul les coups, j’ai préféré être utile.

Pour finir cette interview, quels sont les médias sur lesquels on peut te retrouver et quels sont tes projets ?

Vous pouvez me retrouver tout au long de l’année sur mes comptes Twitter et Facebook, ainsi que sur mon blog où je publie mes analyses depuis des années exclusivement à chaque période clé pour l’OM. Qui dit période clé dit tournant à bien négocier pour le club, ce qui est très rarement le cas à l’OM après une saison aboutie. La régression arrive au contraire souvent en version accélérée. Une bonne idée serait justement d’analyser ce qui a été mal fait à chacune de ces périodes pour s’en prémunir. Je le fais et on retrouve de vraies similitudes. Mes articles sont de véritables points de repère sur l’évolution de l’aspect décisionnel à l’OM et les erreurs d’approche qui ont plombé le club olympien ces dernières années. Je publie également ponctuellement des éditoriaux sur le site OM-Passion. En parallèle, je travaille sur certains projets à venir d’analyse sur l’OM, dans un format inédit jusqu’à présent.

Merci au Corbeau Phocéen, qui nous donne ici l’une de ses rares interviews dans les médias, d’avoir répondu à nos questions. Vous pouvez le rejoindre sur ses pages Twitter ou Facebook.

4.9 7 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Nos Partenaires

  • Logo 100% Ligue 1
  • Logo Dugout
  • Logo Foot Store
  • Logo Football Design
  • Logo One Football
  • Logo Stadium Go