MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Utip
PROCHAINS MATCHS

Les conséquences physiques de 2 mois de confinement

Cette année, la saison a été touchée par le COVID, ce qui a valu son arrêt définitif de manière prématurée. Pendant ce temps, les joueurs ont quitté leur monde professionnel. Quelles peuvent être les conséquences physiques les plus embarrassantes de cet arrêt ?

La masse musculaire

D’un point de vue musculaire, l’arrêt de la compétition pour les joueurs est très impactant. En effet, en général, un muscle doit travailler régulièrement afin de continuer à produire de nouvelles fibres musculaires qui sont nécessaires à son fonctionnement. Or, les joueurs sont passés d’un environnement de compétition où le muscle est sollicité non-stop à un environnement de sédentarité. La perte de la masse musculaire subite est remplacée par un gain de graisse. Pour tout ce qui du domaine musculaire, les joueurs avaient intérêt à faire travailler leurs muscles afin de ne pas les fragiliser, ni de les voir moins efficaces. De ce fait, les joueurs ont dû réaliser un renforcement musculaire tout au long du confinement afin de rester au niveau physiquement.

Certains joueurs de l’Olympique de Marseille ont fait un vrai travail de renforcement musculaire jusqu’à avoir une transformation bluffante pour les supporters. Par exemple, Bouna Sarr a réalisé un gros travail et s’est vraiment renforcé. D’autres se sont, eux, distingués avec classe. C’est le cas de Kevin Strootman qui aurait contacté les jeunes du centre de formation afin de leur acheter 5 000€ de matériel pour qu’ils s’entretiennent physiquement durant le confinement.

Un bon repos pour le corps

Les joueurs professionnels se retrouvent sur la pelouse du terrain d’entraînement ou de match chaque jour durant la saison. Même si les joueurs sont préparés, pour une saison complète, le corps a toujours des limites. C’est-à-dire que le corps finit toujours par se fatiguer et de nombreuses blessures peuvent survenir à n’importe quel moment. Ces dernières sont bien souvent musculaires. Avec 2 mois d’arrêt, les muscles peuvent souffler, car on les sollicite beaucoup moins. Donc cela évite aussi de nombreuses blessures. Le fait de ne pas côtoyer la compétition permet au corps de régénérer au maximum.

“Les pros ont 3 semaines, un mois de récupération maximale, et ça sur les 5 ou 6 dernières années, les joueurs qui ont 25 ou 26 ans, je pense que le COVID, ils l’ont vu comme une aubaine”.

Florent Lacasse

Une reprise trop précipitée

En effet, les joueurs possèdent de nombreux moyens de travailler le corps chez eux. Beaucoup utilisent des tapis de courses, des vélos elliptiques, etc. Leurs exercices ne sont pas comme ils ont l’habitude d’en réaliser habituellement en début de saison. Après deux mois d’arrêt, les joueurs doivent refaire leur préparation. Cependant, si la saison était arrivée à son terme, il aurait manqué de temps pour la réaliser. La combinaison d’un manque de préparation physique et l’enchaînement des matchs aurait fortement fait croître le risque de blessures. Comme on a pu le voir en Allemagne avec la reprise des championnats. Lors des 3 premières journées, environ une vingtaine de joueurs se sont blessés. Malgré un grand nombre de voix qui étaient en faveur de la reprise des championnats, le débat continue d’exister aujourd’hui.

Pour plus de détails et de choses à savoir sur l’impact des 2 mois de confinement, vous pouvez regarder le replay du live Instagram réalisée par Peuple Olympien où nous avons reçu Florent Lacasse comme invité.

Interview de Florent Lacasse pour Peuple Olympien
4.5 4 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments