Nemanja Radonjic, l’ingénu du football business Balkan ?

Le 29 aout 2018, le RB Salzbourg est accroché à domicile par l’Étoile Rouge de Belgrade à la Red Bull Arena. Les yeux étaient rivés sur le jeune ailier, l’OM et l’Étoile Rouge de Belgrade avaient déjà trouvé un accord concernant Radonjic, il rejoindra le club phocéen après ce match. Ce fut la dernière apparition de Nemanja Radonjic sous le maillot rouge et blanc.

Ce dernier est l’une des promesses du football serbe. Cependant, à l’âge de 23 ans, le jeune Serbe tarde à confirmer et même pire, commence à faire douter.

L’instabilité de son parcours

Comme de nombreux jeunes joueurs avant lui, Nemanja Radonjic succombe aux yeux doux de la société Lian Sports dirigée par le « super » agent Abdilgafar « Fali » Ramadani et l’ancien joueur du FK Partizan Nicolas Damjanac (beau-frère de Zvezdan Terzic, actuel directeur général de l’Etoile Rouge de Belgrade).

A l’époque, la FIFA n’avait pas interdit la TPO (third-party ownership), cela permettait à Lian Sports de posséder les droits économiques du joueur, en contrepartie, l’agence rémunère le joueur et le « clan » du joueur. Cela permet aux clubs de ne pas rémunérer les jeunes directement.

En 2014, il rejoindra l’équipe des jeunes de l’AS Roma afin de se développer et se rapprocher du haut niveau. Ne jouant que très peu (notamment dû à une blessure assez suspecte) il est prêté à Empoli dirigé par un certain Maurizio Sarri. Toutefois, suite à un désaccord, il restera dans le club italien sans pouvoir jouer le moindre match. Malgré les problèmes sportifs, Radonjic profite de la vie italienne (surtout les bars) pour passer le temps.

Ainsi, Lian Sports, n’ayant pas comme priorité le développement du joueur, décide de le faire transiter dans différents clubs alliés à cette agence tels que le FC Viitorul Constanta « académie Gheorghe Hagi », il rejoindra par la suite le FK Cukaricki.

Malgré le changement de pays, il continuera ses sorties nocturnes.

La sagesse arrive à point nommé

A la suite de ses multiples échecs, Nemanja Radonjic arrive à l’étoile rouge de Belgrade et prend la grande décision de quitter Lian Sports pour rejoindre l’agence International Sport Office dirigée par Dejan Grgic ainsi que l’ancien joueur Branko Radovanovic.

Désireux de faire renaître son nouveau poulain, Dejan Grgic, décide de surveiller les sorties de Radonjic en plaçant un garde du corps. Malgré un début compliqué dû à un léger surpoids, il jouera assez peu durant les six premiers mois.

Heureusement, la suite sera plus prometteuse. Il se concentrera sur son travail et perdra du poids, il jouera de plus en plus et deviendra un joueur important dans son équipe malgré ses quelques sauts d’humeur qui surprendra plusieurs de ses coéquipiers.

Au cours de l’été 2018, des rumeurs entre l’OM et Radonjic se font de plus en plus insistantes. Les supporteurs, eux, sont heureux de voir le club acheter un jeune qui permettra à l’OM de réaliser une potentielle plus-value sur ce dernier. Jacques-Henri Eyraud, lui, voit ça comme un grand casse-tête. Fali Ramadani mettra son nez dans le transfert en envoyant son intermédiaire Marcelo Trapasso (ancien joueur de Sochaux) proposer le joueur à certains clubs comme Nice et l’OM.

Néanmoins, Rudi Garcia et ses agents feront le maximum pour avoir le joueur, malgré les rapports peu élogieux fait par les scouts (difficulté d’adaptation et intelligence de jeu limité).

La marche de trop ?

Les débuts du jeune serbe seront difficiles. il se rendra coupable de la défaite de l’OM au Vélodrome face à l’Eintracht Francfort, avec une mauvaise relance amenant directement le dernier but allemand. Par la suite, il aura l’occasion de se mettre en valeur en étant titulaire face à Lille, Limassol et Nice. Il sera décisif avec une passe décisive face au club chypriote. Néanmoins, il ne le sera pas lors des deux autres matchs.

La suite de la saison ne lui sera pas profitable, car il ne rentrera pas sur les terrains de Ligue 1 durant de nombreuses semaines (4 novembre- 16 janvier). Il ne jouera que la Ligue Europa.

La prochaine titularisation de Nemanja Radonjic ne sera que le 25 janvier lors de la défaite de l’OM au Vélodrome face à Lille. A la suite de ce match, son temps de jeu diminuera chaque semaine jusqu’à une nouvelle absence prolongée (8 février- 3 mars).

En fin de saison, suite à de nombreuses méformes, il se montrera davantage permettant ainsi aux supporters de se faire une idée sur le joueur.

Nemanja Radonjic of Marseille during the Ligue 1 match between Marseille and Rennes on September 29, 2019 in Marseille, France. (Photo by Walis/Icon Sport) – Nemanja RADONJIC – Orange Vélodrome – Marseille (France)

Une lueur d’espoir

Le 28 mai 2019, André Villas-Boas remplace Rudi Garcia. Une nouvelle chance s’offre au Serbe qui a vécu une première saison assez traumatisante. Il saisira sa chance lors de l’EA ligue 1 Games (tournoi organisé par la ligue 1 et EA sports a Washington) avec notamment un but lors de la finale qui a opposé l’OM à Saint Etienne.

Il débutera en tant que titulaire face au Stade de Reims, malheureusement, en plus de la défaite, il ne se montrera pas sous son meilleur jour. Villas-Boas décidera de s’en remettre à d’autres joueurs, permettant ainsi au Serbe de rejoindre la même place que l’année dernière (le banc). Il rentrera en cours de match à six reprises, ce qui permit aux supporters de se faire un avis sur le joueur.

Lors du dernier match de l’OM au Stade de la Licorne face à Amiens, il sera titulaire et montrera deux visages ; le premier sera catastrophique tandis que le second laisse percevoir quelques lueurs d’espoir.

Quel joueur est-il ?

Nemanja Radonjic est un joueur de percussion. Ainsi, il est doté d’une vitesse impressionnante et a une certaine capacité de dribble. Néanmoins, c’est un joueur qui ne prend que très rarement la bonne décision. Il est peu disponible pour ses partenaires, faute notamment à sa nonchalance. Il a tendance à vouloir garder le ballon pour dribbler ou tirer, ne jouant que très peu avec les joueurs de son équipe et il donne l’impression d’être un joueur isolé des autres. Finalement, cela rejoint parfaitement le compte-rendu des scouts de l’OM (un QI foot pas assez développé ainsi qu’une capacité d’adaptation très limitée).

Je tiens à remercier Romain Molina pour sa disponibilité et je le remercie également pour ces informations.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.