MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Utip
PROCHAINS MATCHS

#OGCNOM : Premier revers pour Sampaoli

Bien que l’OM reste sur deux victoires depuis l’arrivée de son nouvel entraîneur, on sait que l’équipe est malgré tout convalescente. En déplacement sur le terrain de Nice, l’Olympique de Marseille s’est fait gifler (3-0) tout en retombant dans ses travers. Manque d’envie, manque de rythme, le boulot du coach argentin ne fait que commencer.

Les compositions des deux équipes

Thauvin n’a pas su influer sur le cours du match

Alors que Boubacar Kamara est suspendu, quelle solution sera choisie par Jorge Sampaoli ? Avec Rongier toujours blessé, Cuisance absent de dernière minute, Olivier Ntcham est finalement aligné aux cotés de Pape Gueye. En manque de temps de jeu depuis son arrivée au mercato d’hiver, l’ancien milieu du Celtic a une carte à jouer. Pour le reste, ce sont les mêmes joueurs alignés, avec une défense à cinq devant Steve Mandanda. En privilégiant la continuité et ainsi stabiliser l’équipe, le coach de l’OM espère parfaire les automatismes pour bien finir la saison. C’est ainsi que le trio de défenseurs centraux Ćaleta-Car, Balerdi et Álvaro est épaulé sur les cotés par l’excellent Lirola et l’expérimenté Nagatomo. Thauvin jouant à un nouveau poste entre milieu et ailier, Payet joue en soutien de Milik.

Coté niçois, aux absences attendues de Dante, Hicham Boudaoui ou Jeff ReineAdelaïde, s’est ajoutée celle de William Saliba. Ce dernier est remplacé par Flavius Daniliuc en défense centrale. Le principal danger étant le tandem Dolberg associé à Gouiri, buteur au match aller.

Une première période équilibrée

En mettant la pression d’entrée de match, l’OGC Nice affiche clairement ses ambitions sur cette rencontre. L’OM ne tarde pas à répondre à cette entame. Et c’est à la suite d’un super dégagement de Steve Mandanda que Florian Thauvin n’arrive pas à servir Milik lancé vers le but. Quelques instants plus tard, le champion du monde centre impeccablement pour Nagatomo. Mais le latéral loupe complètement sa reprise, bien qu’il soit idéalement placé. Le Japonais ne restera pas longtemps sur la pelouse. Il se blessera quelques minutes après et sera remplacé par son compatriote Sakai.

Plusieurs tentatives lointaines pour les deux équipes, notamment par Gouiri, Kamara le Niçois, Thauvin ou encore Payet qui tire au-dessus même s’il était en très bonne position à l’entrée de la surface. Symbole du manque de cohésion des attaques olympiennes, cette mésentente entre Milik et Payet ou les deux coéquipiers se gênent sur un centre de Lirola. Action où ni l’un ni l’autre ne parviennent à reprendre le ballon.

Le tournant du match

Payet n’a pas eu le rendement escompté

À la 29ème minute, le meneur de jeu marseillais est l’auteur d’une magnifique passe à destination de Sakai. Le Japonais, très bien placé, a deux possibilités. Bien qu’il aurait pu frapper au but, il privilégie la passe pour son avant-centre. Finalement, son centre est dégagé par la défense niçoise. Une opportunité assez concrète que ne saisissent pas les Olympiens. Or, les adversaires ne s’en priveront pas.

Cinq minutes plus tard, alors que le ballon est en possession des Marseillais, les Azuréens ouvriront le score. Jouant à d’interminables passes entre gardien et défenseurs, les partenaires de Dolberg récupèrent la balle. Au contraire de leurs adversaires du jour, Gouiri centre idéalement pour Kephren Thuram qui ouvre le score. Une opportunité qu’ils ne laissent pas passer. La mi-temps se termine sur ce score malgré une dernière frappe de Milik, suite à un une-deux avec Thauvin, stoppé par Benitez.

Un OM totalement absent

Marseille est en manque de vivacité dans le jeu, c’est pourquoi Luis Henrique remplace Ntcham à la pause. Ne trouvant pas sa place au milieu, c’est assez logiquement qu’il a été sorti. Alors qu’on pensait que ce changement pouvait être profitable, il n’en fut rien. Totalement apathique, les Marseillais n’auront presque pas d’opportunités lors de cette période. Devant tant de manque de combativité, c’est mission impossible pour revenir. Milik, passablement agacé à plusieurs reprises envers ses coéquipiers, essaiera tant bien que mal à se démarquer. Mais jamais servi, il aura beaucoup de mal à se retrouver en bonne position.

Au contraire, c’est une déferlante niçoise en contre-attaque qui aurait pu mettre fin aux espoirs d’égaliser dès le début de période. Alors que l’OM bénéficiait d’un corner, Myziane Maolida loupe une incroyable occasion, alors que cinq de ses coéquipiers étaient à ses cotés contre trois Marseillais. Un sursis de courte durée.

Jorge Sampaoli change alors d’organisation de jeu. Khaoui remplace Álvaro. Et même si le défenseur espagnol n’a pas l’air d’apprécier ce changement, il est plutôt logique. Il reste alors une vingtaine de minutes et tout n’est pas perdu pour l’OM. Cet espoir fut de courte durée puisque cinq minutes plus tard, les Niçois doubleront la mise. Luis Henrique effectue une touche assez risquée à destination de Balerdi, le mettant en mauvaise posture. Mais au lieu de dégager, le défenseur tente de relancer ce qui profite à Gouiri. Étant un danger tout le match, l’ex-Lyonnais inscrira le second but de son équipe.

Un score qui fait mal

Le match semble plié et ce n est pas le but refusé à Benedetto qui mettra un doute au résultat final. Relayant Payet à un quart d’heure de la fin, l’attaquant argentin est l’auteur d’un magnifique retourné. Signalé à juste raison hors-jeu, on espère qu’il apportera un peu de confiance au numéro 9 olympien. La fin de match fut pénible pour les supporters olympiens qui verront leurs joueurs encaisser un troisième but inscrit par ClaudeMaurice. Assez symbolique de ce match, la rapidité avec laquelle il reprend le tir de Dolberg repoussé par le poteau est assez frappante comparé à l’apathie olympienne.

Premier revers pour Sampaoli

Peu de choses positives sont à ressortir de ce match. Une défaite cinglante, des joueurs pas au niveau, répétition d’erreurs, le travail est costaud pour le technicien argentin. Mais, comme il ne fallait pas s’enflammer après les deux victoires de la semaine passée il ne faut pas voir tout en noir après ce qui reste qu’une défaite. S’inspirant de la rivalité historique des deux clubs, les adversaires ont eu beaucoup plus de volonté que nos joueurs. On retiendra quand même le joli geste de Benedetto en fin de match qui pourrait relancer le joueur et pourquoi pas être aligné au coté de Milik pour les prochains matchs.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments