[U17] La passe de trois pour les minots

L’OM poursuit sa marche en avant. Pour le compte de la troisième journée du championnat U17 National (D), l’Olympique de Marseille s’impose 3-1 sur la pelouse de Marignane-Gignac.

Trois matchs, trois victoires. Treize buts marqués, un seul encaissé. Les U17 nationaux phocéens effectuent un début de saison tonitruant. Leur dernière victoire en date, sur le score de 3 buts à 1, face à Marignane-Gignac Football Club (MGFC) conforte leur première place dans le groupe D.

La première mi-temps

Dès les premières minutes du match, les Marseillais veulent imposer leur rythme. Pressing haut, sorties de balle courtes, redoublements de passes rapides pour se projeter vers l’avant. Mais les joueurs du MGFC résistent. La bande à Nicolas Hernandez est solide et met beaucoup d’intensité dans les duels. En témoignent les douze fautes sifflées en première période (17 sur l’ensemble de la rencontre). Le bloc bas marignanais, les fautes techniques aux abords de la surface, inhabituelles chez les Marseillais, empêchent les minots de se créer des situations franches. Il faut attendre la 18ème minute pour voir une occasion olympienne. Sur un mauvais renvoi de la défense marignagnaise, le milieu de terrain Amay Caprice, placé à l’entrée de la surface, décoche une frappe du coup de pied, joliment sortie par le gardien.

Le MGFC ne se contente pas de bien défendre. Les joueurs vêtus d’un maillot bleu et rouge veulent semer la zizanie dans l’arrière-garde marseillaise. Une première fois sur une action individuelle. Un attaquant marignanais, au duel avec Amay Caprice, l’enrhume sur un dribble mais son centre ne trouve pas preneur (32’). Une seconde fois, l’attaque bleue et rouge aurait pu profiter d’une grossière erreur des joueurs de Stéphane François. Rayan Khetir, numéro 10 marseillais, effectue une passe plein axe interceptée par un Marignanais. Ce dernier tente un lob sur Evan Huriez, mais le portier ciel et blanc est vigilant (41’).

Seconde période : le show Thiago Coqu

Au retour des vestiaires, Marignagne-Gignac démarre fort. Même pas une minute de jeu en seconde période et les Phénix ouvrent le score. Sur un long ballon dans l’axe, la charnière centrale marseillaise apprécie mal la trajectoire de la balle. L’attaquant du MGFC, en bon renard des surfaces, en profite et marque. C’est l’explosion dans les gradins du stade Saint-Exupéry. La joie est de courte durée.

Repositionné dans l’entrejeu, Amay Caprice offre un caviar à Thiago Coqu qui ne se fait pas prier pour égaliser (47’). Ce but coupe les jambes des locaux et requinque les visiteurs. Six minutes plus tard, les Marseillais prennent l’ascendant sur un but de Naïm Chaduli, positionné au point de penalty et bien servi par Walid El Kalai. Le milieu d’origine comorienne reprend le centre sans contrôle, du plat du pied. Le cuir va se loger sous la barre du MGFC. Les Marignanais semblent atteints physiquement et mentalement. Les Phocéens déroulent. À la suite d’un magnifique jeu à trois entre Amay Caprice, Rayan Khetir et Thiago Coqu, ce dernier conclut en ajustant parfaitement le gardien marignanais (59’). Un doublé pour le numéro 9 marseillais, jamais avare d’efforts. Le break est fait. La suite n’est qu’une succession de longues phases de possession, ponctuées parfois par des occasions franches.

L’addition aurait pu être plus lourde pour Marignane-Gignac. Mais le plus important est ailleurs. L’Olympique de Marseille reste invaincu et tentera de maintenir cette dynamique, la semaine prochaine, face au Nîmes Olympique.

Un article rédigé par Azir Said Mohamed Cheik (Twitter : @Carterchnine)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.