Un 3-0 sévère

L’OM s’est imposé 3-0 à Caen dans le match des 16èmes de finale qui l’opposait à Granville ce soir. Une victoire méritée mais laborieuse, obtenue dans les 10 dernières minutes du match.

La compo :
Le résumé
Première mi-temps : Un calme plat

Positionné dans un 4-3-3 habituel avec Dimitri Payet en pointe et Valère Germain sur le côté droit, les marseillais peinent à se montrer dangereux. Mis à part les frappes lointaines de Kamara et Lopez, ou le coup franc du capitaine Payet, pas énormément de situations à se mettre sous la dent. Malgré la belle activité des latéraux Sakai et Amavi, les olympiens ne trouvent pas les décalages face à un bloc très bas.

Côté normand, quelques semblants de situations. Une frappe qui passe à côté sans inquiéter Pelé, et quelques coups de pied arrêtés. Trop peu pour marquer un but dans cette première mi-temps. Ceci est dû aussi à l’organisation, qui demande une grande présence défensive des Granvillais. Mission « ne-pas-prendre-de-but » accomplie. Une chose est sûre, on en attend plus de la part des olympiens pour cette seconde période.

Deuxième mi-temps : merci Granville

On prend (presque) les mêmes et on recommence. Seul Sanson, remplacé par Benedetto, ne verra pas la deuxième mi-temps. Il n’aura de toute façon quasiment rien manqué. Le déficit d’engagement de l’equipe est criant dans cette seconde période et donne l’impression de revivre le match de Trelissac. On aimerait ne pas subir à nouveau la pression des prolongations et surtout des tirs aux buts. L’OM s’est empêtré à passer dans l’axe contre un bloc bas, tandis qu’il aurait fallu passer par les côtés. Une faible créativité qui les a obligé à tirer de loin. Le gardien Granvillais Baltus s’est montré rassurant. Les normands, eux, sont toujours presque inoffensifs.

Le tournant du match intervient à la 75ème minute. Sea Nessemon, attaquant Granvillais est exclu pour un deuxième carton jaune. La suite est simple, sur le coup franc joué rapidement entre Payet et Sarr (qui a remplacé Sakai à la 68ème) l’OM ouvre le score d’une frappe limpide d’Álvaro, mal arrêtée par le gardien. Dans la foulée, Radonjic remplace Germain et ne tarde pas à se mettre en évidence. 4 minutes plus tard, il rentre dans l’axe en se servant de l’appel de Pipa Benedetto et enroule une très belle frappe pied gauche. 2-0.

Enfin l’OM, qualifié, profite de sa supériorité numérique pour enfoncer les amateurs. Après un très bon pressing (encore) de Dario Benedetto, les olympiens récupèrent le ballon haut. Le capitaine d’un soir Dimitri Payet, enroule à son tour une superbe frappe et scelle le sort du match.

L’OM est donc qualifié pour les 8èmes de finale de la Coupe de France. On aurait aimé voir l’OM se débarrasser sans problème du club amateur, mais la victoire est bien là et c’est le plus important. Tirage au sort dimanche soir pour connaître l’adversaire des olympiens au prochain tour.