Interview Manu Lonjon

Journaliste sportif chez Yahoo Sport, Manu Lonjon (@ManuLonjon) a accepté de répondre à notre interview. Nous avons abordé différents points tels que son parcours, son avenir mais également la Ligue 1 et l’Olympique de Marseille. L’interview a été réalisée par Thomas Depaix-Dumas (@DepaixDumas).

Vous avez la particularité de ne pas avoir fait d’école de journalisme. Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

Je n’ai effectivement pas un parcours classique. J’avais ce rêve quand j’étais adolescent et j’ai décidé de le réaliser bien plus tard. Les réseaux sociaux m’ont semblé une opportunité pour tenter de me faire un peu connaître alors je me suis lancé et ça s’est plutôt bien bien passé.

À présent, vous êtes considéré comme un « insider mercato », pouvez-vous nous raconter une journée type en période de mercato ?

Je passe beaucoup de temps sur mon portable. Je reçois beaucoup de messages, j’ai un réseau (y compris de twittos) qui m’aide à avoir des informations et les vérifier. Avec le temps, je me suis fait des connaissances. À chaque mercato depuis 3 ans, je me fais un nouveau contact intéressant. Je progresse… C’est beaucoup moins excitant que ce que les gens imaginent, j’envoie des messages, j’en reçois. Voilà.

Avec l’exposition médiatique, est-ce que des agents ou des fameux membres de « l’entourage » des joueurs vous ont approché ?

Oui, il y en a. Dans mon réseau, il y a des agents ou des proches. Je m’adapte au fonctionnement de chacun. Le plus souvent, l’idée, c’est qu’ils ne me donnent rien mais acceptent de me dire si une chose est vraie ou pas. Certains ne me calculent pas et ne parlent qu’avec leur réseau habituel. Il faut se méfier des proches, il y a beaucoup de gens qui prétendent avoir des infos absolument exactes et qui s’avèrent être « de belles merguez ».

Est-ce que dans la vie quotidienne, vous ressentez votre nouveau « statut » ?

Absolument pas ! (rires) Ma vie n’a pas changé du tout. Ce qui a un peu changé, c’est que dans un stade, il y a plus de gens qui me connaissent, ça oui. De temps en temps, on me dit qu’on m’a vu à la TV. Avant, j’étais connu de 100 000 personnes et maintenant disons de 500 000. Il y a donc toujours environ 70 millions de personnes qui ne savent pas qui je suis, ça reste supportable (rires).

Quelle est votre méthode lorsque vous obtenez une « information » ?

Tout dépend de l’info et d’où elle provient. Il y a des gens en qui j’ai une totale confiance et d’autres, moins. En général, je recoupe 2 ou 3 fois mais ça n’empêche pas de se tromper de temps en temps.

On peut noter une forme de méfiance à l’égard des médias (notamment dans le football), vous comprenez ce sentiment ?

Il faut être méfiant ! On n’est pas obligés de croire tout ce que l’on nous dit. Après, il faut aussi prendre de la distance, mettre les choses en perspective, sans paranoïa non plus. LA vérité n’existe pas. Toi et moi, on peut être au même endroit, vivre la même chose et pourtant en avoir une perception différente. Si à cela, tu ajoutes parfois un parti pris, c’est impossible de mettre tout le monde d’accord ! Dans mon cas, je parle de foot, ce n’est pas quelque chose d’exact, d’immuable, d’établi. Il y a donc un débat, une contradiction possible. Enfin, il y a aussi sur les réseaux sociaux le culte de l’affichage, du clash, de la décrédibilisation.

Cet été, des mecs par exemple ont réduit Di Marzio à son erreur sur Neymar. Dès qu’il publiait un truc, tu avais un malin pour dire “ C’est bon, c’est comme pour Neymar..” . Dans ce cas, ce n’est pas Di Marzio qui est en cause… Si toi, tu penses que tu dis toujours des choses exactes et justes… Tu peux toujours faire des screens et railler quelqu’un. Si le mec dit 97% de trucs intéressants et que tu affiches ses 3 erreurs, factuellement, il a commis ses 3 erreurs. Mais en le réduisant à ça, tu occultes l’immense majorité des fois où son travail a été bon… et là, je parle aussi pour moi !

Est-ce que l’on vous a déjà piégé avec une fausse information afin de vous tester ?

Oui. Une fois, un mec s’est fait passer pour quelqu’un d’autre et m’a induit en erreur. C’est autant de ma faute que de la sienne. Une autre fois, c’est un joueur qui m’a testé : il m’a dit qu’il allait signer dans tel club mais de ne rien dire avant 1h, c’était une grosse exclu… et 45 min plus tard, il m’a donné le vrai club où il allait signer. Si j’avais trahi sa confiance, j’aurais dit une connerie… Il y a aussi des cas où on m’a donné une bonne info, que je n’ai pas cru.

Quel est votre souvenir le plus fort dans le football ?

Pour ceux qui ont eu la chance de vivre 1998 et 2000, c’était dingue. Sinon, le titre de Montpellier en 2011/2012, j’avais des amis dans cette équipe, j’ai vécu la montée en régime et cette épopée extraordinaire jusqu’au Graal. L’ambiance à la Mosson contre le Losc, chevauchée d’Olivier Giroud et le but de Karim Aït Fana : je ne pourrais jamais oublier cette folie. Moi, je suis super calme en tribune, je ne crie jamais et là, je me suis retrouvé à enlacer des gens que je ne connaissais pas et à hurler de bonheur. Rien que d’en parler, je suis ému…

Pouvez-vous nous donner votre sentiment sur la Ligue 1 ? Est-ce que vous trouvez que son niveau baisse ?

La Ligue 1 est un championnat de bon niveau physiquement et tactiquement, mais techniquement, j’ai la sensation que le niveau baisse, oui. La Ligue 1 a besoin que ses “gros” soient forts. Si 3 ou 4 saisons de suite, derrière le PSG, tu as l’OL, un OM et Monaco qui sont performants et se tirent la bourre, tu vas tirer le niveau vers le haut. Ce n’est pas le cas. Le problème de la L1 n’est pas forcément le niveau du PSG, c’est celui des autres.

André Villas-Boas a réussi son début de saison, pensez-vous qu’il pourra continuer sur cette dynamique ?

L’OM a basculé du bon côté. Les matches de Lille et Lyon étaient attendus comme des révélateurs et l’OM a gagné donc le bilan de AVB est bon. À une ou deux déclarations près, je trouve déjà que sa communication est bonne et j’apprécie sa façon de faire, ce n’était pas le cas avec son prédécesseur. L’OM est dans un “momentum” favorable. Il y a 3 semaines, après Amiens, on n’aurait pas eu la même sensation. Personne ne sait si la dynamique (2 matches) va continuer. La Ligue 1 actuelle, tu gagnes 2 matches, tu joues le podium, tu en perds 2, tu es aux portes de la relégation…

Dimitri Payet paraît en forme depuis le début de la saison, peut-il enfin faire une saison complète ?

Elle ne serait pas complète, il n’a pas fait un super début de saison, il a fait quelques bons matches et un match exceptionnel contre l’OL. On est déjà début novembre. Quand tu vois ce qu’il est capable de faire, c’est quand même légitime d’attendre beaucoup plus que ce qu’il offre globalement. Il a un tel talent… Par contre, s’il fait 4 ou 5 gros mois, l’OM ne sera pas loin du podium, c’est clair.

Valentin Rongier a su prendre une place de titulaire, a-t-il les qualités et le caractère pour s’imposer à Marseille sur la durée ?

Oui, aucun doute. Il a la bonne mentalité et le bon caractère, ce qui est très important quand tu joues à l’OM. Il va batailler, aller au combat dans la récupération, faire les efforts de courses et il a un très bon “pied”. Techniquement, c’est un joueur propre. Je trouve que le profil de Kamara est très compatible avec le sien, plus que celui de Strootman.

En ayant un mercato hivernal sans recrue, est-ce que l’OM pourra atteindre le podium qui est tant espéré par les supporters à la fin de la saison ?

Oui. L’OM aura besoin que ses joueurs forts soient aptes. Entre les blessures de Florian Thauvin et la suspension de Dimitri Payet, Marseille a peu joué avec son équipe forte. L’OM n’a pas de Coupe d’Europe, plus de Coupe de la Ligue donc il n’y aura pas beaucoup d’échéances. Je pense que l’idée, c’est d’être là en mars et avec le moins de casse possible. Ça va aussi dépendre de ce que vont faire les autres, évidemment. Dans l’idée du projet, ne pas terminer, une fois de plus, sur le podium, serait un gros échec. Un de plus.

Jacques-Henri Eyraud entame sa troisième saison en tant que président, comment analysez-vous son travail ?

Je n’ai pas les informations et peut-être pas les capacités pour juger ce qu’il a fait en dehors du terrain, en matière de formation, investissement, etc. Par contre, sportivement, son bilan n’est pas bon et économiquement, c’est encore pire. Il est le président qui a prolongé Rudi Garcia avant de lui donner 10M d’indemnités, celui qui a mis 25 millions sur Strootman, 18 sur Ćaleta-Car, 15 sur Radonjic. La cohérence sportive, l’équilibre de l’équipe, c’est quand même lui le boss ! Tout le monde sait que l’OM a besoin d’un latéral gauche depuis 2 ans et demi.

Il a dépensé l’argent de manière étonnante. Il voulait tellement se qualifier rapidement pour la Ligue des Champions que ses investissements ont été raisonnés à court terme. Beaucoup trop risqué, comme Strootman dont aujourd’hui tu ne peux pas te séparer. En 3 ans, tu es passé du « Champion’s Project » à l’idée de prendre des jeunes à fort potentiel. J’ai salué la communication d’André Villas-Boas tout à l’heure, je ne dirais pas la même chose de celle de JHE.

Quel est votre ressenti concernant le futur de l’OM ?

C’est flou quand même. On est loin des espérances post Margarita Louis-Dreyfus. L’OM doit pouvoir se stabiliser dans le Top 4 de la L1, après pour viser plus haut, il va falloir se renforcer et ça nécessite d’investir ou de se démunir. J’aimerais pour la L1 qu’un actionnaire arrive et pose des centaines de millions parce que quand tu parles de foot, l’OM, ça veut dire quelque chose.

Si vous étiez directeur sportif de l’OM, quel poste devrait être renforcé en priorité lors de ce mercato hivernal ?

Un seul ? Et avec quels moyens ? Il y a un manque en latéral gauche (même si Amavi a fait des matches plutôt bons ces dernières semaines). Moi, j’aimerais un défenseur axial supplémentaire car le profil de Kamara au milieu est très complémentaire de ceux de Rongier, Lopez ou Sanson. Et un offensif de côté pour mettre Payet dans l’axe.

Pouvez-vous nous donner votre équipe-type de l’OM (toutes générations confondues) ?

Je ne vais parler que des générations que j’ai connues ou vues :
Barthez / Di Meco – Mozer – Boli – Amoros / Deschamps – Desailly – Stojkovic / Pelé – Waddle – JPP

Je remercie Manu Lonjon (@ManuLonjon) pour son accessibilité ainsi que pour avoir pris le temps de répondre à nos questions.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.