MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Utip
PROCHAINS MATCHS

L’OM, l’équipe la plus sanctionnée en Europe !

Le carton rouge de Duje Ćaleta-Car contre Montpellier démontre toute l’apathie et la naïveté de notre charnière centrale. L’Olympique de Marseille reçoit une nouvelle distinction : celle d’avoir neuf cartons rouges depuis le début de saison, un record parmi les cinq plus grands championnats. Entre Álvaro, Ćaleta-Car, Balerdi mais aussi Payet, Benedetto et Gueye, les fautes sont fréquentes et pénalisent l’OM sur le moyen terme.

L’effet Sampaoli provoque-t-il cette agressivité ?

C’est une possibilité. Avec une envie d’attaquer, d’attaquer et encore d’attaquer, l’équipe de Sampaoli s’expose, et des espaces se créent dans la défense olympienne. De nombreuses fois, les trois centraux sont mis en difficulté par la vitesse des adversaires. Cependant, leur agressivité représente un vrai défaut. De nombreux coup-francs sont sifflés à cause des gestes brusques des trois défenseurs. Sur le but de Lilian Brassier de Brest, c’est suite à un coup de pied arrêté que l’OM se prend un but. Sans conséquence, heureusement, mais c’est suite à des fautes bêtes et inutiles que les Marseillais subissent et peuvent perdre des matchs.

Une défense centrale remaniée depuis Sampaoli

Dans un jeu tourné vers l’offensive, Jorge Sampaoli décide depuis sa venue d’installer une défense à trois avec Balerdi, Álvaro et Duje Ćaleta-Car. Depuis qu’il entraîne les Marseillais, la défense centrale a encaissé sept buts en cinq rencontres. Dans ce délai, le défenseur espagnol Álvaro González a écopé de trois cartons jaunes. Il ne disputera pas le prochain match contre Lorient.

Pour le roc croate, Duje ĆaletaCar, ce sont les mêmes sanctions. Il n’a pas pu disputer la partie contre Dijon, étant suspendu. Et en plus de cela, il revient contre Montpellier pour n’y disputé qu’une heure de jeu, ayant pris un carton rouge suite à une faute stupide sur Junior Sambia, et loupera le match contre Lorient, ainsi que le suivant contre Reims. Enfin, Leo Balerdi est plus calme de ces coéquipiers de la défense, bien qu’expulsé deux fois cette saison.

Un milieu trop souvent averti

Certes, on pointe du doigt notre défense, mais le milieu n’est pas irréprochable. Encore une fois, avec une envie d’aller vers l’avant, il y a plus de déchets au milieu de terrain et maintes et maintes fautes sont signalées. En effet, Pape Gueye est le plus cité. L’ancien havrais a écopé, seulement, d’un carton jaune contre Dijon. Cependant, ces fautes sont récurrentes, lui qui n’arrivent pas à maitriser son jeu de corps avec ses gestes des bras notamment. Encore jeune, le milieu de terrain défensif fait preuve de naïveté dans ses interventions.

Boubacar Kamara, la perle rare du milieu, a eu un carton jaune contre Rennes pour la première de Sampa’. Il n’est pas exempt de tout reproche. Avec des fautes inutiles, Kamara est capable de mieux faire notamment à la récupération. Contre le MHSC, il provoque un coup-franc assez dangereux. Enfin, le minot marseillais reste très bon dans son rôle et il est la pièce maitresse du jeu proposé par Jorge Sampaoli.

Florian Thauvin, un nouveau poste qui demande de la rigueur défensive

Florian Thauvin a été sanctionné de deux cartons jaunes depuis l’arrivée de l’entraîneur argentin à la tête du club. Contre Montpellier et Brest, l’ailier droit, repositionné au milieu de terrain, s’expose à des fautes pour empêcher les attaques adverses. Le numéro 26 doit prendre des repères à son nouveau poste et améliorer le rendu défensif de son équipe.

L’arrivée de Jorge Sampaoli demande aux joueurs plus d’agressivité et un pressing intense. Des fautes sont récurrentes et certains joueurs manquent d’abnégation dans leur jeu défensif. Cependant, ce problème de cartons jaunes ou rouges date depuis un certain temps.

Des avertissements trop fréquents pour l’OM

Sur l’ensemble de la saison, Álvaro a reçu 14 cartons jaunes en 36 titularisations. Le jeune milieu Pape Gueye a récolté 11 « biscottes » en 23 matchs. Ce sont les deux joueurs ayant le plus d’avertissements depuis septembre 2020.

Sous Nasser Larguet, Hiroki Sakai a été sanctionné d’un carton rouge contre Nantes en fin de match. Le Japonais a été sanctionné de deux rencontres. Deux matchs avant, Benedetto et Balerdi, ont pénalisé leur équipe avec deux cartons rouges face à Bordeaux.  Le premier a littéralement « pété un plomb » avec son tacle violent inutile contre les Girondins. Le second a manqué de lucidité et de maturité sur son intervention. L’OM était parvenu à prendre un point en terre bordelaise.

Les deux Argentins seront sanctionnés pour trois matchs, pour l’ancien de Boca Junior, et un pour l’ex de Dortmund. Toujours sous l’intérim de Larguet, Dimitri Payet a adressé un vilain coup de pied sur les côtes de Marco Verratti lors du Clasico. Il loupera deux matchs.

Avec Villas-Boas, le même problème ?

En revanche, avec André Villas-Boas, les interventions étaient moins dangereuses et les cartons rouges n’étaient pas si fréquent que cela, quoique ?

Le dernier carton rouge de l’effectif olympien sous AVB, remonte à la mi-décembre. Pape Gueye a été sanctionné par l’arbitre de manière assez sévère. L’ancien havrais n’avait pas géré ses gestes du bras donnant un léger coup de coude à Mbaye Niang. Cette sanction a été lourde de conséquences pour le match (défaite 2-1 alors que l’OM menait 1-0 avant l’exclusion de Gueye). Les fans olympiens contesteront longuement ce carton rouge, le milieu de 22 ans n’ayant pas agité ses bras de manière volontaire. La VAR en a décidé autrement. Ce match représente un vrai tournant dans la saison olympienne.

Leo Balerdi sera l’auteur d’une grande naïveté contre le FC Porto (défaite 2-0). Sa jeunesse justifie son geste. Alors que Moussa Marega filait au but, l’Argentin le bloque et le ceinture, l’attaquant de Porto tombera dans la surface et l’arbitre sifflera un penalty.

Lors de l’Olympico au Groupama Stadium, Dimitri Payet va marcher sur la cheville de Léo Dubois. Le Réunionnais n’a pas maîtrisé son geste et Stéphanie Frappart l’a sanctionné. Certains diront un geste d’attaquant et d’autres diraient une faute d’antijeu. En tout cas, les Marseillais seront à 10 contre 11 pendant 70 minutes alors que l’ancien nantais avait ouvert le score quelques minutes auparavant. Contre l’OL, l’arbitrage sera encore mis en cause par les Marseillais, l’arbitre principale avait donné un penalty à Lyon pour une faute de Álvaro sur Bard.

Stéphanie Frappart regardant la VAR lors d’OL/OM

Le Clasico comme point d’orgue

Enfin, le match contre Paris confirme une vraie tendance cette saison coté OM. De nombreuses échauffourées auront lieu lors de ce Clasico (victoire 1-0). Pipa Benedetto et Jordan Amavi écoperont de cartons rouges en fin de match. De l’autre côté, le PSG verra trois joueurs exclus.

Tous ces matchs matérialisent d’une fragilité des gestes de certains joueurs marseillais. Entre fautes bêtes, inutiles et récurrentes, Balerdi, Benedetto et Payet sont les joueurs ayant eu le plus de cartons rouges. L’effet Sampaoli apporte une grinta et une envie d’attaquer laissant des espaces conséquents derrière. Mais les fautes ne datent pas d’hier et les arbitres ont tendance à pénaliser facilement les Phocéens. Ça c’est un autre débat.

4.8 4 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments