MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Utip
PROCHAINS MATCHS

L’OM made in Belgium

On revient en Europe dans cette suite de la série “L’OM made in…“. Les Belges n’ont pas été très nombreux à enfiler le maillot marseillais mais certains ont su marquer d’une quelconque façon le club. Par leur longévité ou par leur efficacité. Rétrospective en vue…

L’entre deux-guerres

La fratrie Van Ruymbeke

Côté plat pays, l’OM a vu défiler un quatuor issu de la même famille : les Van Ruymbeke ! Ce n’est pas tous les jours que l’on voit ça dans un grand club. Un peu plus et toute la famille suffisait pour jouer les matchs… Présentation, de l’aîné au benjamin.

Douglas Van Ruymbeke (1894 – 1977)

Premier de la fratrie, il passe les années 20 à l’OM. La durée de son passage reste floue mais ce qui est sûr, c’est qu’il a gagné 3 coupes de France avec le club olympien : 1924, 1926 et 1927.

Il fait partie de l’attaque et marque sa petite dizaine de buts en 63 matchs officiels. Enfin, Douglas quitte l’OM pour changer de travail et s’envoler pour la Suisse.

Bobby Van Ruymbeke (1898 – 1963)

Dans les mêmes saisons, nous avons le petit frère, Bobby.
Gardien de but comme poste, 32 comme nombre de matchs. Il arrive avant son frère Douglas, vers 1920. Mais quitte le club avant également, après un accident qui l’oblige à stopper le football définitivement. C’est donc en 1924 que Bobby quitte la cité phocéenne.

Joseph Van Ruymbeke (1900 – 1928)

Le troisième frère, Joseph, est défenseur, et joue également dans la même période que ses deux grands frères. De 1921 à 1928, il porte les couleurs olympiennes et dispute 38 matchs officiels. Ses neuf buts font le bonheur du club, qu’il quitte après 7 saisons. Il meurt très jeune, 1 an après ce départ, de maladie.

Gaston Van Ruymbeke (1903 – 1992)

Enfin, nous avons le plus jeune des 4 frères, Gaston. Il reste à l’OM en tant que milieu de terrain, de la saison 1921-1922 à la saison 1928-1929. Son bilan marseillais pointe à 42 matchs et 8 buts.

En somme, des petites statistiques pour les frères Van Ruymbeke mais de longues saisons passées sous les couleurs bleues et blanches et ainsi un grand nombre de matchs. La Belgique n’a donc pas laissé une grande empreinte à l’OM comme d’autres nationalités ont pu le faire, mais cette fratrie des années 20 aide à relever le défi.

L’ère moderne

Michel de Wolf
Daniel Van Buyten (1978)

Le natif de Chimay a marqué le début du siècle avec ses 98 matchs officiels et ses 2 ans et demi en tant que Marseillais. Le défenseur central débarque à l’OM en 2001, en provenance du Standard de Liège. 11,5 millions d’euros sont posés sur la table pour que le joueur enfile le maillot bleu et blanc.

C’est de là que sa carrière décolle un peu plus. Il marque 15 buts lors de son passage en Phocée, lui offrant une comparaison avec Laurent Blanc et le définissant comme un “Défenseur-buteur”. Il est bon de la tête, prend des initiatives et marque.

“Daniel était important dans notre schéma car il était aussi capable de se projeter vite vers l’avant et d’amener le danger devant. Après Laurent Blanc qui avait marqué son temps à Marseille, il était dans les deux zones de vérité. L’association avec Franck [Leboeuf] marchait bien et je pense que s’il n’était pas parti, il aurait pu aider Philippe [Christanval] à prendre une autre dimension.”

– Alain Perrin (son entraîneur à l’époque). Source : ohaime-passion

Ses deux premières saisons sont idéales et il apporte de la qualité dans cette charnière marseillaise. Puis vient la saison 2003-2004, qu’il finira sous un autre maillot.
En effet, lors du mercato hivernal, Manchester City montre son intérêt pour lui et l’embarque en prêt (1 million d’euro) pour 6 mois. À ce moment-là, José Anigo prend les rênes à Marseille et ne compte plus sur certains joueurs, le Belge en faisant partie.

Van Buyten finira par partir à Hambourg pour 3,80 millions d’euros. Bien moins qu’à l’achat. Mais sur le terrain il laissera un vide et les supporters ne voient pas d’un bon œil ce départ. Considéré comme un défenseur de caractère, qui a toujours montré de belles choses.

Michy Batshuayi (1993)

Actuellement dans un parcours un peu incertain, Michy a passé 2 saisons à l’OM : 2014-2015 et 2015-2016.
Été 2014, le Belge signe un contrat de 5 ans pour 6 millions d’euros, lui aussi en provenance de Liège. L’aventure marseillaise peut commencer ! Durant ses six premiers mois, il cire plus le banc qu’il ne foule la pelouse. Puis gagne en temps de jeu au fur et à mesure mais reste un remplaçant face à cette attaque AyewPayetThauvinGignac.

Sur la saison suivante, l’affaire change complètement. Gignac part pour le Mexique, Payet, Thauvin et Ayew pour l’Angleterre. Le champ est libre pour Batshuayi, qui devient titulaire dans le XI marseillais.

En somme, il est titularisé 45 fois sur 50 matchs, une réelle progression donc, surtout due aux nombreux départs cela dit.

“Mon meilleur souvenir au Vélodrome, c’est contre Saint-Étienne, l’année de Marcelo Bielsa même si je n’avais pas joué. J’étais sur le banc, je faisais : “Ouaaaaaah, c’est mortel.” Le Vélodrome, c’est la folie ! C’est dommage que pendant l’Europa League, certaines tribunes aient été fermées. Parce que vraiment, quand tu marques, c’est abusé ce que tu ressens. Limite tu voles. Tout le monde crie dans le stade. Et quand les supporters scandent ton nom, c’est la folie. Le soir, quand tu retournes au lit, tu ne penses qu’à ça.”

– Michy Batshuayi, Source: Footmarseille.com

En juillet 2016, il signe à Chelsea pour 39 millions d’euros, faisant de lui, la vente la plus élevée dans l’histoire du club. À partir de là, il ne semble pas savoir s’adapter ou les coachs ne semblent pas vouloir lui faire confiance. Beaucoup de prêts le plongent dans une suite de carrière bancale. Mais en tout cas, à l’OM, il a eu sa chance et a su marquer les supporters. Donnant même envie à un retour sur ces derniers mercatos.

“Personne ne veut partir de l’OM ! C’est dur de quitter l’OM. Mais voilà, tout le monde connaît le contexte économique et politique du club à l’époque, il devait y avoir un changement de propriétaire, beaucoup de choses, mon départ était inéluctable.”

– Michy Batshuayi, Source: Footmarseille.com
5 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments