MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Utip
PROCHAINS MATCHS

#OMFCN : Avec la manière et l’hommage

Nouvelle journée en Ligue 1 pour les Olympiens. Ils retrouvaient les Canaris du FC Nantes au Vélodrome pour espérer continuer sur leur bonne lancée. Après une nouvelle déroute en Ligue des Champions, ils se le devaient. Et ce fut chose faite avec une victoire 3-1, et avec la manière cette fois!

Les compositions

Une équipe transcendée

Il faut savoir qu’avant la rencontre, le bus des Marseillais s’est fait stopper par les supporters, présents aux abords de la Commanderie. Le mécontentement est indescriptible depuis plusieurs semaines et encore plus depuis mercredi soir. La nouvelle défaite face à Porto est celle de trop. Et les supporters l’ont fait savoir en s’adressant directement à certains joueurs et au coach Villas-Boas.

On ose imaginer que c’est ce coup de gueule qui a métamorphosé l’équipe olympienne. Dès les premières secondes, on voit des joueurs envieux d’aller vers l’avant et de gratter des ballons.
Et ça marche, puisqu’à la deuxième minute Thauvin reçoit une belle passe en profondeur de la part de Rongier et vient lober Alban Lafont. Le compteur est déjà débloqué et ça soulage.

Une attitude défensive qui fait plaisir

Ce qu’il faut retenir également, c’est le pressing et la présence de toute l’équipe en défense. La charnière est solide certes, mais voir Thauvin, Payet, Cuisance ou parfois Benedetto défendre, c’est encore plus rassurant.

Vers la 15e minute, Nantes s’empare du ballon mais l’OM reste solide et rien ne vient entacher le bon début de rencontre. Par la suite, Marseille domine de nouveau tout en récupérant les ballons de façon agressive et intensive. La première période est en effet pleine de contacts et de duels mais l’OM répond présent.

Durant la seconde période, la fatigue se fait sentir au fil des minutes et le pressing baisse logiquement en intensité, même avec l’entrée (tardive) des remplaçants.

Côté individualités, une petite alerte vient inquiéter tout le monde quand Álvaro s’allonge, se plaignant d’une douleur à la cuisse gauche. Mais à quelques minutes de la mi-temps, il reste à son poste. Il ne bougera finalement plus de tout le match.
Chez les latéraux, c’est Sakai qui a laissé sa place à son compatriote Nagatomo, vers la 86e. Une douleur également sur la cuisse a priori, affaire à suivre.

Lafont n’aura pas suffi

Le jeune gardien des Espoirs français garde les cages nantaises, et de quelle manière ! Bien que Thauvin ouvre le score rapidement, l’ancien portier de la Fiorentina effectue de nombreux arrêts décisifs, face à Benedetto entre autres. Mais ce n’était que pour éviter un plus grand écart au score. Puisque ça n’a pas empêché l’OM de marquer deux fois de plus derrière. La première avec Payet à la 35e, suite à une touche longue de Sakai pour Cuisance, le centre est intelligemment esquivé par Benedetto et c’est le Réunionnais qui vient scorer.

La réduction de l’écart à la 73e de Blas aura inquiété un peu les supporters mais le temps de quelques minutes seulement. Bien que la concentration marseillaise soit descendue vers la fin du match, la maîtrise est restée intacte. Mandanda en face, n’a pas eu à s’employer tant que ça, mais sa parade réflexe suite à un corner nantais a bien fait souffler la défense.

Finalement, cet OM bon dernier du classement des tirs et tirs cadrés en Ligue 1 a, contre Nantes, réalisé six tirs cadrés en 24 minutes. À la fin de la rencontre, on comptait 15 tirs dont 9 cadrés. Cuisance s’est beaucoup essayé à la frappe, Kamara de même. L’intention est importante même si il n’y a pas toujours de but derrière.

Pipa pour l’hommage

Le troisième but vient de notre avant-centre argentin. Il transforme un penalty obtenu suite à une main nantaise et vient marquer son premier but de la saison. Celui-ci vient conclure une bonne partie de Pipa, qui a tenté en vain et qui a pu rendre hommage à Maradona par la suite.
On espère que ce match lance définitivement sa saison.

Encore beaucoup de cartons

Second point négatif de la rencontre après le but encaissé, c’est le nombre de cartons jaunes reçus. Payet, Rongier, Álvaro et Strootman ont écopé d’un jaune. Le problème reste récurrent à l’OM et se doit d’être réglé pour éviter le trop plein de suspensions. Cette fois-ci, c’est Payet qui se voit privé de match face à Monaco, une bien mauvaise nouvelle pour le groupe.

En somme, un match qui fait plaisir à voir, dans l’intensité et dans le comportement. Un réveil que l’on souhaite voir se confirmer mardi face à l’Olympiakos ! Le milieu a été performant et le trio offensif encore plus. Une prise de conscience qui fait grimper l’OM sur le podium de la Ligue 1 en attendant les autres matchs, mais toujours avec deux rencontres de retard.

0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments