MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Utip
PROCHAINS MATCHS

#OMSCO : Une victoire au bout du suspens !

C’était sans aucun doute l’un des matchs les plus chauds de la soirée. Le Vélodrome a été ce dimanche soir le théâtre de la victoire de l’Olympique de Marseille, lors d’une rencontre haletante durant laquelle ont défilé toutes les émotions. Les Marseillais ont sécurisé la 5ème place au classement général. Ils disputeront donc normalement l’Europa League la saison prochaine.

Une composition innovante

La composition de l’OM face au SCO d’Angers

Si sur le papier Sakai semblait avoir été préféré à Balerdi dans l’habituel 3-5-2, sur le terrain une toute autre disposition a pris forme. En effet, le japonais s’est positionné dans le couloir gauche de la défense marseillaise, donnant à Henrique un rôle plus offensif, qu’on lui préfère. C’est donc avec une défense à 4 que l’OM s’est présenté ce soir, dans un dispositif que l’on pourrait assimiler à un 4-4-2. Une formation plus tournée vers l’offensive, avec la possibilité de dédoubler plus facilement sur les côtés. Ce choix témoigne bien la volonté de Sampaoli d’aller chercher une victoire et rien d’autre. À noter également la présence de Sciortino sur le banc, une première pour le minot du centre de formation.

Une maîtrise sans partage

Un jeu dynamique et plaisant

Pourtant, rien ne laissait présager une rencontre aussi animée. Dès l’entame du match, le club phocéen prend le dessus sur son adversaire de la soirée en intensifiant son jeu. L’OM met de l’engagement et joue juste. À la 5ème minute de jeu, Thauvin récupère une passe à l’intérieur de la surface et envoie une frappe puissante dans la foulée. Bernardoni anticipe le tir et se déploie bien. Le pressing se fait insistant et les pertes de balle, rares. À la suite d’une belle action collective, Lirola est trouvé dans la profondeur. Il adresse un centre en demi-volée parfaitement dirigé dans la course de Milik. Le buteur polonais place sans difficulté une tête puissante au fond des filets. L’OM ouvre le score !

Au quart d’heure de jeu Lirola substitue le ballon à un adversaire et profite de l’espace qui lui est laissé pour frapper. Le portier adverse, vigilant, est sur la trajectoire du ballon. La défense angevine, amputée par les absences, résiste face aux vagues d’offensives marseillaises qui déferlent sur elle. Les joueurs combinent bien sur les ailes, libérant spontanément de l’espace à l’opposé du terrain. C’est ainsi qu’est trouvé Payet après un changement d’aile à la 21ème minute. Le technicien provoque à l’entrée de la surface avant d’enrouler un ballon subtil au second poteau. La tentative, déviée par un adversaire, offre un corner aux phocéens. Thauvin le frappe au second poteau, sur la tête de Ćaleta-Car qui remet intelligemment le ballon face au but. Sakai arrive lancé et décoche une tête musclée. Bernardoni ne peut qu’effleurer le tir, qui vient heurter fortement la transversale. Énorme occasion pour le japonais !

Thauvin disputait ce soir son dernier match sous les couleurs olympiennes

Une domination dans tous les domaines

C’est la première fois sous l’ère Sampaoli que l’OM rentre aussi bien dans un match. Tout au long de la première mi-temps, les Olympiens déroulent leur jeu. Si la finition n’est pas optimale, leur adversaire ne se montre pas dangereux pour autant. Angers tente malgré tout de punir cette inefficacité devant le but. Par Diony (26ème minute) ou Bobichon (34ème), les attaquants sollicitent Mandanda sans toutefois cadrer le moindre tir. Milik répond côté marseillais par un but qui sera finalement refusé pour hors-jeu. Plus tard, une frappe rasante de l’ancien de l’Ajax oblige Bernardoni à un arrêt de grande classe.

À la mi-temps, le score est seulement de 1 à 0 pour les hommes de Sampaoli. Le système mis en place par l’entraîneur met en grande difficulté le bloc angevin. Les ailes occupées par Henrique et Thauvin sont notamment la source de nombreuses opportunités pour les méditerranéens. Si le français s’est démarqué par les occasions qu’il s’est procuré, le brésilien a été plus en vue dans la construction, offrant très souvent une solution au porteur du ballon. Par ailleurs, les milieux marseillais, auteurs de nombreuses courses, ont touché beaucoup de ballons durant la première période. L’équipe toute entière a été généreuse dans les efforts fournis durant ces 45 minutes à sens unique.

Le bilan statistique est sans équivoque : 8 tirs cadrés à 0. La dernière fois que l’OM réussissait à cadrer autant de frappes, c’était dans un match entier, le 22 novembre 2020 face à Nantes, avec 9 tirs cadrés durant la rencontre. Une première mi-temps loin des normes habituelles donc.

Du rire aux larmes

Une efficacité retrouvée

De retour sur le terrain, les intentions restent les mêmes pour les Marseillais. Deux faits de jeu viennent enfoncer le SCO dans un match déjà mal embarqué. Thauvin un peu excentré obtient le ballon dans les airs et place instantanément un tir en finesse qui lobe le gardien et s’écrase sur la transversale. Deux minutes plus tard, un jeu de transition rapide se met en place à la récupération du ballon. Rongier trouve verticalement Payet qui décale Milik en une touche. Lancé dans la profondeur, le polonais ne se fait pas prier et fusille Bernardoni avec une frappe sèche à ras de terre et s’offre un doublé par la même occasion. 2-0 pour l’OM !

Une belle réaction angevine

Conscient de la supériorité marseillaise, Stéphane Moulin opère 2 changements à l’heure de jeu. La fraîcheur des entrants couplée à un léger relâchement des marseillais débouche sur une franche occasion angevine à la 56ème minute. Pereira n’est pas marqué dans la surface, il reçoit une passe et enroule son ballon. Du bout des gants, « El Fenomeno » dévie en coup de pied de coin. Ce dernier est déposé sur la tête de Pavlovic. Il dévie la balle vers le second poteau où Pereira s’engouffre pour cruxifier l’international français d’une tête bien placée. Angers réduit la marque, 2-1 ! Encore une fois l’OM encaisse un but sur coup de pied arrêté.

L’OM doute, Angers reprend confiance. Les sorties de balle se font de plus en plus rares pour les marseillais, et de moins en moins proprement. Malgré tout, des occasions se présentent. Payet se voit même tenter un lob du milieu de terrain, non cadré malheureusement. Henrique cède sa place à Amavi et Dieng entre sur le terrain en remplacement de Thauvin. Mais, sous pression, l’OM finit néanmoins par retrouver ses vieux démons. Un coup franc lointain est obtenu par Angers à 5 minutes de la fin du temps réglementaire. Mandanda sort se saisir du ballon, mais la communication n’est pas bonne. Il percute Sakai en l’air et est contraint de lâcher le ballon. Thomas en profite pour pousser la balle dans le but vide. L’arbitre siffle faute sur le moment, mais revient sur sa décision après consultation de la VAR. Angers égalise, 2-2 !

Une équipe de caractère

Furieux du tournant que prend la rencontre, Sampaoli se voit averti par l’arbitre. Misant tout pour l’attaque, le technicien fait rentrer Benedetto à la place de Rongier. Haranguant ses joueurs et hurlant ses consignes, l’argentin ne décolère pas et M. Schneider se voit contraint de l’expulser du terrain. L’OM pousse, mais ne trouve pas la faille et reste sujet à des contres.

Sampaoli sur les nerfs lors de son expulsion

Pourtant, à la 92ème minute, Dieng contrôle un ballon dans la surface puis s’oriente en position de frappe. Un défenseur adverse le fauche et il s’effondre au milieu de la surface de réparation. Après un appel à la VAR, l’arbitre accorde un penalty à l’OM. Milik se charge de le tirer, et prend à contre-pied le portier français. L’OM souffle, Milik s’offre son premier triplé en Ligue 1. Le match se termine donc sur ce score de 3-2 en faveur des Olympiens.

Au terme d’un match plein de rebondissements, l’OM s’est imposé face à Angers avant d’affronter Metz pour leur dernier match de la saison. Aidés par la défaite lensoise, le club phocéen retrouvera très certainement l’Europa League après un été qui s’annonce mouvementé du côté de la Canebière.

5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments