MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Utip
PROCHAINS MATCHS

Un grand espoir néerlandais en passe de rejoindre l’OM ?

Une réorganisation s’impose sur le front de l’attaque marseillaise. Si plusieurs joueurs sont annoncés sur le départ (Benedetto, Radonjić) ou même en fin de contrat (Thauvin, Germain), les rumeurs se multiplient pour trouver leurs successeurs. Le nom de Justin Kluivert est évoqué, jeune ailier gauche sous contrat avec l’AS Roma. Les dirigeants marseillais auraient jeté leur dévolu sur le joueur prêté à Leipzig cette saison. Que penser de ce soudain intérêt ?

Un parcours atypique

Justin Dean Kluivert est né le 5 mai 1999. Originaire de Zaandam, petite ville néerlandaise située au nord d’Amsterdam, il emménage très jeune dans la capitale. Fils de la légende Patrick Kluivert, il naît et grandit ballon au pied. Repéré comme un talent précoce, il rejoint l’Amsterdam FC Formation. Il y poursuit son enfance et commence déjà à attirer les convoitises. Il suivra le chemin de son père en signant à l’Ajax Formation à l’âge de huit ans.

Une ascension fulgurante au pays

Une première saison timide

Dès les équipes jeunes de l’Ajax, son talent est mis en avant. Il s’impose dans chaque catégorie, jusqu’à rejoindre en 2014 les U17 de la meilleure équipe des Pays-Bas. Une première saison plutôt courte et avec peu de temps de jeu. Mais l’espoir convainc beaucoup par son aisance technique. Le 12 mai 2015, il intègre même l’équipe U19. À 16 ans, il évolue en tant qu’ailier droit lors de la défaite de son équipe face au PEC Zwolle U19 1-0. À noter la présence du Marocain Mazraoui dans le onze hollandais, joueur sur lequel l’OM garderait un œil. Une belle progression pour Kluivert, promis à un avenir radieux.

La saison de la révélation

La saison suivante, le Néerlandais accumule 1220 minutes de jeu. Titulaire indispensable chez les U17, il réalise un début d’exercice impressionnant. Avec deux buts et quatre passes décisives en quatre matchs de championnat, il participe grandement à l’entame de saison quasi parfaite du club de la capitale. Finalement, en 12 rencontres, Kluivert marque sept buts et distille quatre passes décisives. Il finit meilleur buteur de la compétition. Son apport est si important qu’il est appelé en équipe U19 pour les trois derniers matchs de la saison.

Kluivert sous les couleurs de son club formateur.

Sur le banc lors des trois rencontres, il rentre en jeu à chaque fois et apporte toute sa classe. De fait, il se montre décisif lors de chacune de ses rentrées, offrant trois passes décisives au total. Plus que ça, il permet l’égalisation de son équipe face au AZ Alkmaar d’un magnifique centre dans le temps additionnel. Une minute après, Matthijs de Ligt marque et permet à l’Ajax U19 de remporter le championnat. Le joueur, repositionné sur le couloir droit du terrain, offre par ses courses un grand nombre de solutions dans la profondeur. De plus, sa qualité de centre lui permet de pouvoir tirer ou déposer des caviars à souhait.

Également utilisé en UEFA Youth League, il obtient une demi-heure de jeu lors du quart de finale face à Chelsea. Un match qu’il joue en tant qu’avant-centre. Il utilise ses qualités de percussion pour prendre de vitesse la défense londonienne dans l’axe. Toutefois, il ne peut empêcher la défaite de l’Ajax sur le plus petit des scores.

La confirmation

À l’été 2016, Justin est promu chez les U19. Il participe à l’Eredivisie U19 et il y met à mal les défenses adverses. Un bilan sans appel : huit victoires en huit journées, avec cinq réalisations et autant de passes décisives. Il est décisif à chaque rencontre et s’inscrit comme un élément clé dans la tactique mise en place par Aaron Winter. Considéré comme ambidextre, il alterne les matchs sur le flanc gauche et le flanc droit du terrain. Loué par les médias, Marcel Keiser ne tarde pas et l’enrôle rapidement avec les U21. Le joueur de 17 ans y fera huit apparitions pour deux buts et trois caviars. Un bon rendement malgré son jeune âge.

Dans la même période, il joue la Youth League et continue son festival offensif. Un but et cinq passes décisives en six oppositions. Encore une fois, il est décisif à chaque rencontre. Une énorme régularité, d’autant plus qu’il enchaîne les matchs. Le 22 novembre 2016, lors du match retour contre Thessaloniki, il est utilisé en meneur de jeu, comme un numéro 10. Laissé très libre dans son positionnement et dans ses déplacements, il réalise une performance correcte.

Résumé de son passage à l’Ajax

Ravi de sa progression et voulant d’autres solutions sur les ailes, un certain Peter Bosz fait appel à lui avec l’équipe professionnelle pour la deuxième partie de saison. Une évolution rapide, que l’on pourrait même juger trop précoce pour le prodige. Pourtant, il se donne les moyens de réussir et arrive à s’imposer dans le collectif soudé de l’Ajax. Il obtient 14 apparitions dont 7 titularisations et se démarque avec des performances très satisfaisantes. Avec deux buts et le double de dernière passe, il sera ainsi sacré champion des Pays-Bas à 17 ans. Une très belle prouesse pour un espoir soumis depuis son enfance à une forte pression médiatique.

Pour finir, il dispute également les phases finales de l’Europa League cette saison. Majoritairement remplaçant au départ des rencontres, il participe toutefois au quart de finale contre Schalke 04 comme titulaire. Avec une offrande dans le tournoi, il reste sur le banc lors de la finale opposant l’Ajax à Manchester United. Perdant de la rencontre, il reste tout de même vice-champion de coupe d’Europe, à peine majeur.

Une dernière saison très correcte

L’exercice 2017/2018 sera son dernier sous le maillot de son club formateur. Et pourtant, tout n’a pas commencé comme espéré. Le club échoue dans la qualification pour les phases de poules de Ligue des Champions, au profit de Nice. De même, la double confrontation face à Rosenborg empêche un quelconque accès à l’Europa League. Une grosse déception pour le club néerlandais. D’autant plus que Kluivert se blesse au match retour, l’éloignant des terrains pour une semaine.

Véritablement intégré au groupe pro, le natif d’Amsterdam s’affirme dans la durée et obtient une place de choix dans le onze type. Auteur de 30 matchs sur les 34 journées de championnat, il est impliqué dans quinze réalisations, soit toutes les deux rencontres. Il finit d’ailleurs meilleur buteur de la saison dans sa catégorie d’âge.

Le voyage italien

En 2018, au cours du mercato d’été, Kluivert est transféré à l’AS Roma pour un montant estimé à 17,25 millions d’euros. Une somme conséquente, mais qui semble justifiée au vue des prestations du jeune talent. Toutefois, cette transaction reste un pari sur l’avenir, car le joueur n’a aucune expérience dans un grand championnat européen.

La découverte du plus haut niveau

En championnat, le Hollandais est pas mal utilisé, il totalise 14 apparitions dans le onze de départ et jusqu’à 29 matchs disputés. Pourtant, il peine à vraiment exprimer son jeu dans un championnat très tactique et axé sur la défense. Aligné sur les deux fronts de l’attaque, il modifie son style de jeu pour s’engager dans un modèle de construction plus que de finition. Un seul petit but et six passes décisives dans la saison, un faible total par rapport aux espoirs placés en lui. Cependant, on peut comprendre le besoin d’acclimatation du joueur, qui s’efforce de s’adapter au jeu à l’italienne. Au final, le club de la capitale finit 6ème de Serie A et n’obtient qu’une place pour les qualifications de ligue Europa.

Par ailleurs, la Roma joue la Ligue des Champions cette saison-là, mais se fait éliminer par Porto dès les huitièmes de finale. Kluivert y joue cinq matchs pour un but et alors que les Italiens remportent le match aller face aux Portugais, il ne sera même pas sélectionné pour disputer le match retour. Eusebio Di Francesco lui accorde sa confiance, mais l’irrégularité du joueur prime sur ses rares fulgurances. Et ce n’est pas le changement d’entraîneur qui change les choses. La nomination de Claudio Ranieri ne modifie pas son temps de jeu, l’Italien se permettant même de le laisser sur le banc comme lors des victoires face à l’Udinese ou Parme. Une saison plus que mitigée pour un joueur de seulement 19 ans et en qui les attentes sont anormalement élevées, notamment à cause de son nom.

Duel remporté par le Néerlandais lors d’un match contre la Juve.

Une mauvaise passe à Rome

Sous l’impulsion d’un nouvel entraîneur, Paulo Fonseca, Kluivert vit sa deuxième saison en Italie. L’exercice ne débute pas si mal pour lui, avec une place de titulaire en attaque. Cependant, il est peu décisif et ses quelques faits de jeu n’interviennent que lors de rencontres déjà pliées. Il se blesse contre Vérone juste après avoir marqué, le 1er décembre. Il ne fait son retour que le 19 janvier. Le joueur retrouve sa place de titulaire, mais reste très irrégulier. Ses qualités balle au pied tranchent avec sa capacité à créer des occasions franches.

De moins en moins performant, il descend petit à petit dans la hiérarchie jusqu’à devenir remplaçant. La saison est suspendue en raison des conditions sanitaires. Lors du retour à la compétition, le 2 juillet, il ne joue quasiment plus. Il est aligné à seulement quatre reprises, durant lesquelles il joue en attaquant de soutien ou en meneur de jeu avancé.

De l’autre côté, les Romains ont un parcours difficile en Europa League. Éliminés en huitièmes de finale par Séville, le Néerlandais se montre un peu plus à l’aise dans cette compétition. Avec trois buts au compteur, il marque un peu plus d’un cinquième des buts de son équipe. Malgré tout, sa saison est bien en deçà de ses capacités. Il perd son statut de joueur important et son club décide de le placer sur la liste des prêts. De nombreux prétendants s’intéressent à lui durant le mercato. Finalement, c’est au RB Leipzig qu’il rebondit.

L’escale allemande

Fort de vouloir montrer son réel potentiel, il se donne les moyens de réussir. C’est pourtant en tant que remplaçant qu’il débute la saison. Et sa saison se déroule comme à Rome. Assez irrégulier, le Néerlandais se fait écarter plusieurs fois du terrain, faute de niveau ou à cause de blessures mineures. Il disputera finalement 19 matchs de Bundesliga, pour trois buts et une passe décisive.

Toutefois, ces statistiques ne doivent pas être prises en tant que telles. Son niveau de jeu est meilleur qu’à la Roma et son apport offensif est plus marqué. De plus, il se montre ici décisif dans les moments les plus importants. Par exemple, son premier but intervient lors du match contre le Bayern et il permet à Leipzig d’égaliser pour au final aller chercher le match nul. De même, il s’octroie sa passe décisive face à Francfort. Là encore, son club obtient le match nul. Son irrégularité n’est donc pas liée à un faible niveau contre les « gros » du championnat. De la même manière, son temps de jeu est réduit car dans le club allemand la concurrence est féroce et le jeu y est plus intense. Leipzig termine tout de même vice-champion d’Allemagne et assure sa participation à la coupe aux grandes oreilles pour l’année prochaine.

Pour la deuxième fois de sa jeune carrière, Kluivert joue la Ligue des Champions. Il commence tous les matchs sur le banc, avant de rentrer à chaque fois pour la dernière demi-heure de jeu. Dans un groupe très relevé avec notamment Manchester United ou le PSG, il parvient à se montrer décisif au meilleur des moments. D’une frappe sèche du pied droit, il bat De Gea lors du match retour et offre le 3-0 pour son équipe. Au final, Leipzig s’impose 3-2 et le but de l’ancien de l’Ajax donne la qualification de son équipe pour les huitièmes de finale ! Un bel exploit pour le joueur, qui continue à pouvoir s’exprimer de part et d’autre du terrain. Malheureusement, le club allemand n’arrive pas à surclasser Liverpool et son parcours s’arrête brutalement.

Prêté par la Roma pour une saison, le club allemand possède toutefois une option d’achat pour le joueur, située entre 10 et 13 millions d’euros. Une somme que Leipzig n’est pas sûr de vouloir mettre sur la table. L’institution réfléchit encore aujourd’hui à la possibilité d’acquérir définitivement les services de l’ailier. Pour rappel, il est difficile pour tout club de discuter avec un joueur et son équipe dans la mesure où ce dernier est prêté avec option d’achat. Le dossier reste donc épineux pour l’OM, du moins jusqu’à ce que le prêt du joueur soit terminé.

Un gamin du pays

C’est une génération dorée qui émerge aux Pays-Bas. Et Kluivert en fait sans doute partie. Des U15 jusqu’à l’équipe première, le prolifique ailier a su montrer son talent dans toutes les catégories d’âge. En tout, il aura disputé 62 matchs pour son pays, pour dix réalisations.

Il évolue partout sur le front de l’attaque. Il honore d’ailleurs sa première sélection chez les A le 26 mars 2018, lors d’un match amical contre le Portugal, dans la peau d’un avant-centre. Entré en jeu pour cinq minutes face au Pérou, il ne connaît pour l’instant pas la défaite avec la sélection hollandaise. Appelé à nouveau en septembre 2019 pour les matchs de qualification pour l’Euro 2020, il ne foulera pas la pelouse cette fois-ci. Après ses dernières saisons assez mitigées, l’espoir ne figure pas dans la liste des 26 joueurs convoqués par Frank de Boer pour disputer l’Euro. Certainement déçu de ce choix, le joueur a la volonté de trouver un club lui permettant de revenir sur le devant de la scène.

Un bon compromis

Mais rien n’est perdu pour le joueur de la Roma. Erwin van de Looi le sélectionne pour disputer le championnat d’Europe U21. Dans les traces de son père, il joue la compétition en avant-centre. Élément important du groupe, il porte son équipe lors du tournoi.

Kluivert aux prises avec Kalulu.

Le 24 mars dernier, il permet aux Pays-Bas U21 d’accrocher un match nul, grâce à un magnifique centre. Trois jours plus tard à peine, il marque face à l’Allemagne, arrachant le match nul encore une fois. Et pour finir, il joue l’intégralité du quart de finale face à la France. Dans le temps additionnel, il lance parfaitement Boadu en contre et offre la victoire à son pays, éliminant de ce fait les favoris du tournoi.

Ce 3 juin encore, il jouait la demi-finale face à l’Allemagne. Malheureusement, il n’a pu empêcher la défaite 2-1 de son équipe, réalisant malgré tout un magnifique parcours dans la compétition. À titre personnel, il a réalisé un très bon tournoi. Plus inspiré, plus à l’aise et plus épanoui qu’en club, il montre là une partie de son impressionnant panel technique. De quoi faire changer d’avis De Boer pour les prochains rassemblements ?

Un joueur très prometteur

À 22 ans, Justin Kluivert a pu montrer de très belles choses au cours des saisons, mais d’un autre côté doit encore mûrir sur certains points de son jeu. Très déterminé de nature, son comportement est irréprochable même si ses décisions ne le sont pas toujours.

Statistiques détaillées de sa saison 2020/2021. Source : footmercato

Un concentré de talent…

Le jeune attaquant a été pas mal en réussite devant le but cette saison. Avec 19 tirs dont neuf cadrés, il aura planté cinq réalisations, un beau ratio. Il réussit plus de la moitié de ses dribbles (50.98%) et touche beaucoup le ballon. À l’aise des deux pieds, il est en mesure de tirer de loin grâce à sa bonne puissance de frappe. Le joueur garde un bon ratio de passes réussies (72.35%) et, même sans procurer de passe décisive, réalise malgré tout un peu moins d’une passe clé par match.

D’un point de vue plus général, Kluivert est un technicien hors-norme. Il possède un excellent contrôle de balle, une agilité impressionnante et une qualité de dribbles phénoménale. En outre, sa grande vitesse et son incroyable accélération lui octroient un pouvoir de percussion déroutant. Toujours très inspiré, il a suffisamment de courage pour se battre et se sortir de situations inespérées. Agressif sur le terrain et bien solide physiquement, il a une « grinta » et un esprit de compétiteur. Ses appels de balle et ses passes correctes lui permettent de se retrouver tantôt en situation de frappe, tantôt en situation de distribuer le jeu. Son volume de jeu satisfaisant compense son endurance, moyenne.

…qui doit encore progresser

Par ailleurs, la grande polyvalence de l’athlète est un gros atout, néanmoins elle possède également des inconvénients. Jouant à beaucoup de postes différents, le joueur a du mal à savoir se positionner sur le terrain. En témoigne notamment son grand nombre de hors-jeux. Fin technicien, il n’hésite pas à aller au duel. Et même si ses qualités de dribbles existent, il peut avoir tendance à trop en faire et perdre ainsi de nombreux ballons (185). Enfin, malgré une équipe dotée de bon nombre de prodiges offensifs cette année, le jeu de Kluivert est surtout porté en arrière. De fait, il réalise dans cet exercice 91 passes en retrait contre 57 passes vers l’avant.

Globalement, le Néerlandais a plusieurs axes à travailler. Tout d’abord dans son attitude défensive. Ne réalisant aucun marquage, ses tacles, soit inexistants soit exécrables, n’aident pas son bloc défensif. Sans réel sens de leadership, il sait quand même jouer au service du collectif. Mauvais frappeur de coups de pied de coin, il peine à trouver sa place dans les phases de jeu arrêtées. En effet, il possède un mauvais jeu de tête, doublé d’une faible détente verticale. Manquant d’anticipation et de prise de décision rapide, l’international hollandais peut compter sur une concentration élevée au cours du match pour pouvoir lire le jeu. Enfin, il doit travailler ses centres et sa finition qui, même s’ils sont acceptables, doivent être plus précis si le joueur souhaite passer un cap. Tout ceci est d’autant plus difficile que les demandes ne sont pas les mêmes en fonction du poste occupé sur le terrain.

Duel acharné contre Luke Shaw en Ligue des Champions.

Kluivert reste un joueur intéressant qui, malgré ses faiblesses, a encore le potentiel pour aspirer à une grande carrière. Son jeune âge et son caractère aidant, il progressera dans de nombreux domaines et pourrait bien marquer le football de demain comme a pu le faire son père dans le passé.

Un futur à Marseille ?

Alors que la saison touche à sa fin, l’attaquant devrait revenir à la Roma pour le mercato. Si Leipzig ne lève pas leur option d’achat, il existe différentes options pour le joueur. Il pourrait très bien décider de vouloir s’imposer dans l’effectif romain et lutter pour retrouver une place de titulaire. Cependant, l’espoir du pays de Cruyff ne serait pas emballé à l’idée de revenir en Italie. Il se plaît en Allemagne, mais son avenir devrait se tracer loin de Leipzig. De nombreux prétendants restent donc attentifs à sa situation. Et d’après les renseignements de Bertrand Latour, l’OM serait venu aux nouvelles concernant le joueur. En fin de contrat en juin 2023 avec Rome, sa valeur est estimée aux alentours des 14 millions d’euros selon le site Transfermarkt. Aux dernières nouvelles, la Roma demanderait 15 millions pour lâcher son attaquant. Un montant qui pourrait légèrement baisser en cas de négociations.

« Est-ce que je veux rester ? Oui. À Leipzig en début de semaine, vous ne savez pas qui jouera samedi. Nous avons 20 joueurs importants et un bon esprit d’équipe. »

– Justin Kluivert lors d’un entretien avec Algemeen Dagblad.

Un profil intéressant ?

À 22 ans, le Néerlandais a pu découvrir le haut niveau, participant aux compétitions les plus prestigieuses d’Europe. Alors que l’OM jouera l’Europa League la saison prochaine, Kluivert s’est déjà fait un nom dans le tournoi, atteignant même la finale avec l’Ajax. De plus, une pression importante entoure le joueur depuis son plus jeune âge. Pression qu’il a su dompter et apprivoiser même. Nul doute qu’il saurait supporter celle d’un Vélodrome plein. À Marseille, son profil correspondrait à un mélange de Radonjić et Henrique : un joueur rapide et technique qui possède une bonne vision de jeu. Et malgré la très forte exigence des supporters phocéens, l’attitude du joueur devrait plaire.

Son caractère pourrait matcher avec la philosophie du club. Avec un entraîneur comme Sampaoli, prônant les efforts individuels au service du collectif, l’ailier pourrait métamorphoser sa manière de jouer et utiliser ses qualités sans tomber dans l’excès. Doté d’une impressionnante polyvalence, Kluivert serait en mesure de rentrer dans plusieurs schémas tactiques. D’ailier gauche à piston droit, en passant par attaquant en soutien de Milik, plein de possibilités s’offrent à lui. Toutefois, les performances en dents de scie du prodige seraient susceptibles de refroidir le club olympien, qui semble néanmoins bien apprécier son profil. Dans un championnat moins intense et plus physique comme la Ligue 1, il serait en mesure de terroriser les défenses adverses par son aisance technique et sa vitesse.

Une transaction abordable ?

Si le transfert cash semble compliqué au vu des finances actuelles du club, rien n’est à exclure quant à une possible approche de l’Olympique de Marseille. Le joueur a déjà montré ce qu’il vaut pour le moment. Mais pour plus de sécurité, le club phocéen a la possibilité d’envisager un prêt comme à Leipzig. Afin d’évaluer son intégration et son apport dans le groupe, le prêt constitue une valeur sûre en cas d’échec. Il est tout aussi avantageux lorsqu’il s’accompagne d’une option d’achat.

D’un point de vue financier, Kluivert est évalué dans les mêmes prix que Radonjić. Ainsi, il pourrait être transféré rapidement en cas de départ du Serbe. Mais le joueur peut très bien venir compenser un départ de Benedetto également, lui qui est capable de jouer avant-centre en sélection notamment. L’Argentin est annoncé du côté d’Elche ces derniers jours. L’arrivée du Néerlandais apporterait plus de percussion et d’activité sur le front de l’attaque, même si sa finition et son positionnement ne valent pas ceux de l’ancien de Boca Juniors.

Un intérêt extra-sportif ?

Véritable petite star dans son pays en partie par son nom, Justin Kluivert a également fait la une des journaux plus d’une fois par ses grosses prestations. D’un point de vue du merchandising, on peut penser que la venue du bourreau de l’Equipe de France U21 attirerait le regard sur l’OM, le joueur étant beaucoup regardé et analysé dans le monde entier. Et malgré les attentes extrêmes placées en lui lorsque l’on connaît le parcours de son père, il reste un jeune joueur dont les plus grandes années restent à venir. Son achat pourrait avoir une bonne répercussion sur la vente de maillots, mais aussi sur la visibilité du club en Europe notamment quand on sait que les Pays-Bas regorgent de jeunes talents. Ce renfort permettrait sans doute à l’OM de renforcer son attractivité, surtout chez les espoirs de demain.

C’est certain, l’OM va devoir se renouveler cet été. Conscients de devoir performer en championnat et en coupe d’Europe, les dirigeants marseillais voient grand en terme de recrutement. Ils se seraient renseignés sur une possible arrivée de Kluivert. Jeune joueur, déterminé et doté de grandes qualités, il doit toutefois encore progresser pour atteindre son paroxysme. Une bonne pioche pour Marseille ?

Sondage

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments