Simakan, le retour au bercail

Strasbourg se présentera dimanche soir au Vélodrome avec dans ses rangs un tout jeune latéral droit de 19 ans, dont l’éclosion en ce début de saison impressionne. Né à Marseille, passé par les équipes de jeunes de l’OM et par le SC Air Bel juste avant de filer sur les bords du Rhin en 2017, le Franco-guinéen a signé son premier contrat professionnel avec le club alsacien en mai 2018. Ce jeune plein de promesses, c’est Mohamed Simakan.

La machine à buts de Rouguière

C’est dans la cité phocéenne que tout commence pour le jeune Mohamed. Dès ses 6 ans, il découvre les terrains sous les couleurs des Vivaux Marronniers, avant de rejoindre, 3 ans plus tard, le FC Rouguière, où il lui suffira d’une petite année pour impressionner son monde et rejoindre l’Olympique de Marseille la saison suivante. Inscrire 130 buts dans une seule saison, ça aide à se faire remarquer !

Nous sommes en 2010. Simakan rejoint alors un autre jeune défenseur qui n’est autre que Boubacar Kamara, qu’il sera amené à côtoyer plusieurs années durant. Le minot évoluera sous les couleurs olympiennes pendant un peu plus de 3 saisons, au cours desquelles il verra arriver sur la table plusieurs propositions de contrat. Malgré ces différentes offres, aucun accord ne sera trouvé et l’OM laissera ainsi filer un énième talent, non sans avoir tenté de le conserver.

L’Olympique de Marseille, ça lui a apporté énormément. Ça lui a apporté un cadre, une manière de voir les choses et ça lui a permis aussi de pouvoir toucher son rêve.

Zaki Noubir, son coach et mentor depuis le FC Rouguière jusqu’à Air Bel.

En 2017, alors qu’il évolue à Air Bel – sans conteste le club marseillais le plus réputé pour sa formation – que Strasbourg le repère et le signe. Difficile de s’imaginer alors qu’il passerait professionnel seulement un an plus tard. Mieux encore, avant même d’avoir atteint la vingtaine d’années, il est aujourd’hui déjà l’un des éléments les plus fiables du groupe de Thierry Laurey.

Comme un poisson dans le Rhin

Simakan vit aujourd’hui sa meilleure vie de footballeur sous les couleurs du Racing. Pourtant, sa jeune carrière n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. La saison dernière a rimé avec calvaire, d’abord avec les ligaments croisés en juillet 2018. À peine revenu sur les pelouses, 10 mois plus tard, une grosse entorse le renvoie illico à l’infirmerie.

Alors qu’on aurait pu craindre pour le moral du garçon après presque un an sans jouer, celui-ci sort une préparation estivale de grande classe avec le groupe professionnel, qui lui donne la confiance de son coach. À tel point qu’il sera titulaire dès le premier match officiel de la saison dans l’axe de la défense, face au Maccabi Haïfa, en 2ème tour aller de qualification pour l’Europa League, pour pallier l’absence du capitaine Mitrovic. Rien que ça ! Pas impressionné outre mesure, il n’hésitera nullement à se projeter et à prendre sa chance par plusieurs fois.

Des statistiques plus que satisfaisantes pour Simakan
Le caméléon de la défense

Avec l’Europe et l’enchaînement des matchs, le jeune marseillais profite de la rotation mise en place par son coach. Et comme rien ne semble l’effrayer, Thierry Laurey l’aligne comme titulaire à Reims lors de la 2ème journée de championnat… au poste de latéral droit. Une double découverte donc, pour cet attaquant de formation reconverti défenseur central. Non content d’être bourré de talent, le bonhomme est aussi polyvalent. Et là encore, il fait parler sa solidité. Un score nul et vierge, auquel il n’est pas étranger tant les attaquants champenois ont souffert de son impact physique.

L’impact physique ? Pas vraiment un problème pour Simakan
(Pierre Costabadie/Icon Sport)

Le football peut parfois se montrer ingrat, mais il sait reconnaître ceux qui le subliment. Naturellement, Simakan est récompensé de ses belles performances et enchaîne les matchs. Avant le déplacement à Marseille, il aura ainsi disputé 12 des 15 matchs des Strasbourgeois, toutes compétitions confondues. Un nombre de matchs conséquent avec un temps de jeu significatif (10 titularisations). L’autre détail qui frappe, ce sont ses fautes. Selon la LFP, en Ligue 1, il en subit (12) plus qu’il en concède (9). Si le premier chiffre peut témoigner d’un apport offensif non négligeable, c’est surtout le second qui fascine. Avec un tel temps de jeu et de surcroît à ce poste, subir aussi peu de coups de sifflet atteste d’une précision clinique dans ses gestes défensifs.

À l’Olympique de Marseille, aujourd’hui, il joue. Titulaire.

Zaki Noubir à propos de Simakan.
La cerise sur le gâteau : l’appel de la sélection

Comment s’étonner alors que le jeune défenseur soit appelé avec les Bleuets pour la première fois, pour affronter la Croatie et la Slovénie, les 6 et 8 septembre derniers ? Visiblement pas suffisant pour le natif de Marseille, qui célèbre sa première avec les U20 par un but !

Un entourage précieux

Mais le gamin des Marronniers ne doit rien au hasard. Sacrifices, séances supplémentaires, leadership à toute épreuve… il a su ne pas se contenter de son talent et a cravaché sans relâche. Il faut dire qu’il a été extrêmement bien entouré tout au long de sa formation. Son lien de parenté avec Ismaël Bangoura, qu’il considère comme son modèle, en dit beaucoup. Au-delà de ça, c’est son cousin Lamine Guirassy qu’il l’a accompagné et fait travailler dur pendant un moment.

Mais de tous ceux qui l’ont côtoyé et le fréquentent encore, c’est peut-être Zaki Noubir, son ancien entraîneur et mentor que nous avions interviewé cet été, qui en parle le mieux :

Comme je lui ai toujours dit depuis que je l’ai minot : « Ton premier rôle Mohamed, c’est de défendre. Montre que tu es là défensivement. »

Zaki Noubir a longtemps insisté sur la priorité défensive pour Simakan.

Très proche de son protégé, il considère le jeune défenseur strasbourgeois comme un fils spirituel et connaît parfaitement son parcours : « Comme je l’ai dit au préalable, avec Mohamed c’est une relation de père-fils ou petit frère-grand frère. C’est un joueur que j’ai accompagné et accompagne toujours depuis l’âge de 8 ans. »

Le 25 juillet dernier, alors que Simakan allait disputer son premier match sous le statut de professionnel et était méconnu dans la sphère footballistique, voici ce que nous disait déjà Zaki : « Que Dieu le protège, l’épargne des blessures et vous pouvez me croire, vous allez être étonnés du jeune Mohamed Simakan ! »

Toujours est-il que sa présence dans le groupe strasbourgeois ce week-end serait synonyme de retour sur sa terre natale pour Simakan. Malgré toute l’affection que l’on peut lui porter, on espère que l’OM saura lui rendre la partie difficile. Comme un symbole, son ancien coéquipier Kamara fera d’ailleurs son retour pour l’occasion. L’occasion de lui vanter les mérites de Villas-Boas et amorcer un retour sous le maillot olympien ? On n’en est pas encore là…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.