MENU
  • Icône Twitter
  • Icône Facebook
  • Icône Instagram
  • Icône Youtube
  • Icône Twitch
  • Icône Discord
  • Icône Utip
PROCHAINS MATCHS

Temps difficiles pour les latéraux gauches à l’OM

Même si Jordan Amavi devrait bientôt revenir de blessure, la saison a été plus que difficile pour les latéraux gauches marseillais. Très peu fourni les années précédentes à ce poste, le club s’est pourtant renforcé pour répondre aux exigences requises. Mais tout n’a pas fonctionné comme prévu pour l’OM.

Un latéral trop seul

Passé par des moments très difficiles au point d’être conspué par une grande partie du Vélodrome, Jordan Amavi avait retrouvé un niveau plus que correct. Une réussite qu’il doit en grande partie à André Villas-Boas. Sitôt arrivé, le coach portugais a toujours soutenu son latéral contre les critiques. Maintenu en poste malgré des performances moyennes, l’ex-Niçois a rendu la confiance qui lui avait été donnée. Mais aussi et surtout car peu de joueurs pouvaient le concurrencer. Depuis le départ mouvementé de Patrice Evra, Amavi était même le seul défenseur de métier à ce poste. Un manque comblé à l’intersaison alors que se profile la participation en Ligue des Champions. Le titulaire connu, reste à lui trouver sa doublure. Une recherche pas évidente en cette période, alors que les finances olympiennes ne sont pas au beau fixe.

[À lire aussi] : Jordan Amavi, un cas qui pose question

Une hiérarchie claire chez les latéraux gauches

Plusieurs pistes sont évoquées mais un peu à la surprise générale, c’est l’expérimenté Yūto Nagatomo qui signe à l’OM. Nommé doublure d’Amavi, le Japonais arrive de Galatasaray, libre. Bien connu de la scène européenne après avoir porté les couleurs de l’Inter Milan pendant sept ans, il correspond au profil recherché.

Christopher Rocchia refait quant à lui son apparition au sein du groupe. Après deux saisons en prêt du côté de Sochaux, il espère avoir une chance de montrer ses atouts. Fort d’une deuxième année réussie dans le Doubs, il compte sur l’accumulation de rencontres pour obtenir du temps de jeu. Bien qu’il ne fasse pas partie des plans d’André Villas-Boas, il reste néanmoins dans le groupe.

Yūto Nagatomo, dernier blessé en date

Des hauts et des très bas

Amavi titulaire indéboulonnable parmi les latéraux, il est l’un des premiers noms à être couché sur chaque feuille de match. Pourtant, après une victoire sur le terrain de Paris, le premier couac de cette saison arrive. Expulsé lors de cet affrontement, il est suspendu automatiquement pour la rencontre suivante. Nagatomo étant à court de forme après être resté quelques mois sans jouer, la question de qui sera aligné se pose fortement.

C’est finalement Balerdi, fraîchement arrivé de Dortmund qui s’y collera contre Saint-Etienne. Mais au terme d’une mi-temps catastrophique, il sera remplacé par Bouna Sarr. Aligné à un poste qui n’est pas le sien, l’Argentin connaît une entame difficile. Sanctionné de deux matchs supplémentaires, Amavi reviendra contre l’Olympiakos. Une fin de partie conclue par une défaite dont il sera coupable suite à une erreur de relance en toute fin de deuxième période. Parallèlement, Nagatomo connaît une adaptation compliquée contre Lille et Metz. Deux rencontres où son niveau physique fait débat. Mais le titulaire revenu, il reprendra sa place logiquement.

Prouvant une nouvelle fois sa force de caractère, l’ex-latéral d’Aston Villa est l’un des grands artisans du succès contre Bordeaux. Au terme d’une des prestations les plus accomplies par l’OM cette saison, il est l’auteur d’un joli but de la tête puis proche d’un doublé. Son tir, légèrement écrasé, est prolongé dans son camp par Pablo. La saison se poursuit pendant quelques matchs où la composition restera la même côté défensif. Une stabilité bienvenue dans un contexte de plus en plus pesant.

Amavi, la tuile

Mi-décembre verra une blessure au mollet gâcher la saison d’Amavi. Lien de cause à effet, cette absence sera le commencement de la chute de l’équipe. Devenu un des tauliers, ses remplaçants ne se montrent pas à la hauteur du niveau requis. Alignant les matchs, Nagatomo revient progressivement à des performances plus convenables. Régulièrement secondé par son compatriote Sakai, le Japonais fait le job mais a l’air de souffrir dans le combat physique. Possédant une belle qualité de centre, il prouve que ce qui a fait de lui un latéral reconnu à sa belle époque ne s’est pas totalement envolé.

Amavi face à Bordeaux en octobre dernier

Amavi revenu pour une très courte durée au mois de février, c’est Sakai qui se charge d’occuper son poste. Initialement latéral droit, il a l’habitude de jouer les utilités et de dépanner régulièrement. Mais, à l’image de sa saison, le défenseur pourtant un des plus réguliers de l’effectif depuis quelques années connaît un passage à vide. Jouant en Coupe de France, à Auxerre, Rocchia disputera quelques minutes mais pas suffisantes pour être jugé.

Trois latéraux dans le flou

Victime d’une lésion à la cuisse, Jordan Amavi a repris l’entraînement en début de semaine. Alors qu’il reste huit rencontres à disputer, son retour devrait faire du bien. Nagatomo a été touché lors du match contre Nice, les blessures s’enchaînent du côté gauche de l’OM. Si l’on ajoute Rocchia, les trois latéraux gauches de l’OM sont en fin de contrat. Une situation qui peut peser psychologiquement. Dernier venu à l’OM, l’ex-Interiste commençait à retrouver un niveau plus que correct depuis quelque temps. Le club lui ayant permis de retrouver une forme physique en adéquation avec son statut, ce serait dommageable de le voir partir en fin de saison. Arrivé dans un rôle de doublure, c’est un joueur qui ne fait pas de vague et qui pourra suppléer.

Le cas Amavi est plus sensible. Après avoir connu des périodes dures depuis ses débuts, il négocie une prolongation. Suivi par des formations anglaises et italiennes, il a le profil parfait pour le système de jeu mis en place par Sampaoli depuis son arrivée. Les pourparlers continuent mais l’issue est plus qu’indécise. Auteur d’une bonne première partie de saison, son retour fera le plus grand bien à une équipe toujours convalescente.

En fin de contrat en juin, Rocchia ne devrait pas prolonger avec l’OM

Alors que l’OM a connu une année compliquée, l’absence d’Amavi a sûrement compté dans la méforme de l’équipe. Plusieurs joueurs ont été alignés sur ce côté mais aucun n’a la facilité de celui-ci. Bon nombre s’y sont essayés, même Khaoui et Luis Henrique dernièrement, pourtant offensifs à l’origine. L’aspect psychologique peut jouer également sur les difficultés puisqu’en fin de contrat, les deux possibles titulaires se sont blessés cette saison. Lors du dernier match disputé à Nice, on aura également constaté la différence entre le côté droit où Lirola s’installe et le côté gauche. Arrivé dernièrement au club, il reste quelques journées à Sampaoli pour juger de la tactique et des hommes qu’il emploiera. Quant à Rocchia, le technicien prendra le temps de l’analyser et de peut-être lui donner une chance à l’avenir.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments